Se disant soucieux de l’avenir du football malien, des jeunes ont organisé, ce vendredi 25 août 2023, une contre la réélection du président sortant, Mamoutou TOURÉ, dit Bavieux, qu’ils qualifient de ‘’voleur’’. Ces jeunes, des centaines, ont donc défilé, vendredi dernier, devant le siège de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT), contre la réélection ‘’ d’un voleur’’ à la tête de l’instance dirigeante du football malien.
Ils étaient des jeunes filles et garçons, munis de banderoles floquées de slogan comme : « la jeunesse Malienne ne veut pas un voleur à la tête de la FEMAFOOT», « tout sauf Bavieux à la tête de la FEMAFOOT ».
Dénonçant la mauvaise gouvernance de l’actuel comité exécutif de la Fémafoot, ces jeunes sont venus s’opposer à l’idée de la tenue d’une assemblée générale élective jugée entachée par plusieurs irrégularités.
Une assemblée générale qui, selon eux, servira à élire ‘’un voleur’’ à la tête du football malien.
Il faut rappeler que ladite assemblée générale intervient dans un contexte inédit en ce qui concerne le football malien.
En effet, l’unique candidat (encore en course) qui voyait un boulevard se créer devant lui après l’invalidation des listes concurrentes par la commission électorale, a été mis sous mandat de dépôt au lendemain du lancement de sa campagne, le 9 août dernier suite à son implication dans une affaire de détournement de fonds publics à coups de milliards des Francs CFA.
Les rejets et invalidations jugées infondées et anti-statutaires des trois autres listes de candidatures opposées au président sortant Mamoutou TOURÉ par les commissions indépendantes ont eu pour conséquence directe la saisine de plusieurs juridictions sportives aussi bien sur le plan national qu’international.
Consciente de la gravité et des conséquences qui pourraient découler de la tenue de l’assemblée générale élective de la FEMAFOOT de ce mardi 29 août 2023, les jeunes manifestants ont sollicité l’implication des autorités de la transition.
Selon eux, le gouvernement qui représente l’ensemble des fils du Mali, doit annuler le processus électoral en cours tout en exigeant l’application stricte des textes qui gouvernent le football malien.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *