Depuis quelques jours, Bamako et d’autres grandes villes du Mali connaissent des coupures intempestives d’électricité. Connue comme pays fournisseur d’une partie de l’électricité au Mali, la Côte d’Ivoire est pointée du doigt par certains internautes maliens qui accusent, à tort ou à raison, les autorités ivoiriennes de punir le peuple malien en lui coupant le courant, suite à la détention des ‘’mercenaires’’ par les autorités de la transition. Une accusation qui est vite démentie par Abidjan.

A la faveur de la traditionnelle conférence de presse à l’issue de leur conseil de ministres, tenue hier mercredi 28 septembre 2022 à Abidjan, le porte-parole du gouvernement ivoirien a nié en bloc les allégations selon lesquelles les autorités ivoiriennes auraient décidé de couper le courant au Peuple malien en représailles. Selon lui, les coupures intempestives d’électricité au Mali n’a rien à avoir avec l’affaire des 49 ‘’ mercenaires’’ détenus au Mali depuis le 10 juillet 2022.
D’entrée de jeu, le ministre Amadou COULIBALY, porte-parole du gouvernement ivoirien a réfuté cette accusation à l’encontre du président Alassane Dramane OUATTARA et du gouvernement ivoirien, expliquant que même en Côte d’ivoire, il y a souvent des coupures d’électricité. D’ailleurs, il reconnaît ainsi que ces coupures sont généralement fréquentes un peu partout en Afrique et que le Mali n’échappe pas à cette situation.
« En général quand il y a des coupures en Côte d’Ivoire, on est informé parce qu’il arrive qu’en Côte d’Ivoire aussi il y ait des coupures de courant. On ne lie pas cela à quelques évènements que ce soit », a-t-il dit.

Il déplore ainsi que c’est hâtif et malheureux de vouloir lier cette coupure, qui peut être des pannes, comme ça arrive sur tout réseau électrique, à la crise entre les deux pays.
« C’est donc une fois de plus hâtif de le lier à la situation de nos soldats détenus au Mali. En tout état de cause, la Côte d’Ivoire est un Etat responsable. Nous avons choisi la voie du dialogue, la voie de la diplomatie, la voie de la négociation. Connaissant la volonté très forte du chef de l’Etat à aller à la paix, aussi fort pour son pays qu’à l’échelle de notre sous-région, même du monde entier, il n’y a aucune raison que notre pays puisse s’inscrire dans une position belliciste vis-à-vis de notre voisin, avec qui nous avons toujours eu d’excellentes relations », a-t-il été clair.

D’ailleurs, le communiqué de l’EDM qui annonce une panne à l’origine de l’incident survenu depuis quelques jours sur le réseau de transport Ferkesse-Sikasso corrobore parfaitement la réaction des autorités de la Côte d’Ivoire.
Selon ledit communiqué, les efforts déployés par les équipes techniques de EDM-Sa et de leurs partenaires de la CIE, n’ont toujours pas permis de venir à bout de la panne à l’origine de l’incident survenu depuis quelques jours sur le réseau de transport Ferkesse-Sikasso.
« Par conséquent, la fourniture de l’électricité connaît toujours des perturbations dans certains quartiers de Bamako et certaines villes de l’intérieur. Les actions sont en cours pour un retour rapide à la normale. EDM-sa présente ses excuses à ses abonnés pour les désagréments causés », ainsi libellé dans le communiqué.

PAR CHRISTELLE KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.