Dans le cadre de la journée mondiale de la liberté de la presse, Afrobarometer a fait un récapitulatif des résultats de ses enquêtes sur les médias en Afrique. Les données montrent qu’une majorité d’Africains approuvent le « droit des médias à publier des opinions et des idées sans le contrôle du gouvernement », rejetant l’idée qu’un gouvernement devrait pouvoir empêcher les médias de publier « des choses qu’il désapprouve », selon les résultats d’une récente enquête d’Afrobarometer.

Le soutien à la liberté des médias est l’opinion majoritaire dans 31 des 36 pays étudiés et a augmenté de 12 points de pourcentage à travers les 30 pays sondés depuis 2014/2015.
Les majorités dans les 36 pays sondés en 2021/2022 approuvent le rôle de chien de garde des médias dans les enquêtes et les reportages sur les erreurs du gouvernement et la corruption.
Les données montrent également qu’une majorité d’Africains évaluent les médias de leur pays comme « assez » ou « entièrement » libres. Mais le Gabon, l’Eswatini, la Côte d’Ivoire et le Cameroun enregistrent de larges majorités qui décrivent les médias de leur pays comme « pas très libres » ou « pas du tout libres ».
En moyenne, dans 36 pays africains, les deux tiers (65%) des citoyens sont « d’accord » ou « tout à fait d’accord » que les médias devraient avoir le droit de publier des opinions et des idées sans contrôle gouvernemental. Cela inclut plus des trois quarts des citoyens de Maurice (84%), des Seychelles (84%), du Gabon (79%) et du Botswana (77%).
En moyenne dans 30 pays sondés en 2014/2015 et 2021/2022, le soutien à la liberté des médias a augmenté de 12 points de pourcentage.
Le soutien à la liberté des médias a plus que doublé au cours de cette période au Sénégal (de 27% à 73%), et 17 autres pays enregistrent également des augmentations à deux chiffres.
Près des trois quarts (73%) des citoyens sont « d’accord » ou « tout à fait d’accord » que les médias devraient constamment enquêter et publier sur la corruption et les erreurs du gouvernement, tandis que 25% disent que « trop de publications sur les évènements négatifs comme la corruption et les erreurs du gouvernement sont nuisibles au pays ».
Près de six citoyens sur 10 (58%) déclarent que les médias de leur pays sont « assez » ou « entièrement » libres. La liberté perçue des médias est la plus élevée en Tanzanie (81%), en Gambie (79%), en Tunisie (76%) et en Mauritanie (75%).
Il est à noter que Afrobarometer est un réseau panafricain et non-partisan de recherche par sondage qui produit des données fiables sur les expériences et appréciations des Africains relatives à la démocratie, à la gouvernance et à la qualité de vie. Huit rounds d’enquêtes ont été réalisés dans un maximum de 39 pays depuis 1999. Les enquêtes du Round 9 (2021/2023) sont en cours.
Les partenaires nationaux d’Afrobarometer réalisent des entretiens face-à-face dans la langue du répondant avec des échantillons représentatifs à l’échelle nationale de 1.200-2.400 citoyens adultes. Les échantillons de cette taille donnent des résultats au niveau des pays avec une marge d’erreur de +/-2 à +/-3 points de pourcentage à un niveau de confiance de 95%.

PAR MODIBO KONÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *