C’est le moins qu’om puisse formuler comme questionnement qvec tout ce qu’on vit, au lendemain des deux journées éliminatoires du Mondial 2026. Un petit point pris sur 6 possibles avec une défaite à domicile face au Ghana et un nul contre Madagascar, et voilà que toute la maison «malifoot» semble se disloquer. Département, Femafoot, joueurs, tout le monde charge et décharge, on s’accuse, on denonce et se dénonce.
L’accalmie institutionnelle au niveau de la FEMAFOOT née de l’élection de 2023 a été perturbée par les ennuis judiciaires du président TOURE, extra football faut-il le préciser, ce qui influe de manière significative sur la gouvernance de notre football. L’on pensait que les résultats sportifs allaient y mettre un bemol si le drame du quart de la CAN contre la Côte d’Ivoire n’était venu jeter l’effroi dans l’atmosphère. A peine la cure de ce mal entamée au detour d’un symposium, voilà les deux résultats du Mondial qui viennent rouvrir la plaie pour désormais la laisser béante, sinon puante.
Les supporters reprennent à souffrir en se murant dans des calculs d’une improbable première qualification au Mondial.
Leur calculette va devoir être mise de côté pour entendre les coups de griffes, de pieds, de poings enclenchés entre acteurs. Les joueurs par devers une lettre adressée aux aupporters sur les reseaux sociaux veulent une meilleure gouvernance au risque de ne plus honorer la selection, la Femafoot qui les met en garde et somme le capitaine de venir s’expliquer, les anciens joueurs qui se retrouvent divisés sur le sujet par communiqués et interviews interposées, le Département des Sports qui est attendu sur les explications du voyage chaotique de Johannesburg, que de séquences douloureuses pour un football malien blessé qui doit se relever, see retrouver, se remobiliser vite pour aborder les futures échéances : éliminatoires de la CAN et du Mondial d’ici mars 2025.
C’est à dire un intervalle de moins d’un an où il faut soigner, guerir et se remettre en ordre de bataille.
Entre temps, il faudrait bien des actions: ramener tout le monde autour de la table, pour situer les responsabilités, sanctionner s’il le faut, et repartir pour de bon.
MES HUMBLES PROPOSITIONS:
1. Accélérer le jugement du président de la Femafoot afin que le monde du football soit situé sur son retour ou non aux affaires. Il est vrai que la justice a son agenda, mais le football est un phénomène social sensible qui engage toute la Nation. C’est le lieu d’inviter les plus Hautes Autorités, au regard des énormes sacrifices financiers et logistiques qu’elles consentent dans notre football, à prendre en main cette affaire et la gérer avec l’extrême urgence. Nous sommes convaincus qu’elle a son incidence sur la situation actuelle. On pourra pousser l’analyse si cela est necesaire;
2. Que le Comité exécutif prenne le taureau par les cornes en tenant compte des dispositions des statuts et règlements de la FEMAFOOT et qu’il fasse une analyse de la situation du président et de l’ambiance actuelle dans le football afin de prendre les bonnes decisions pour l’intérêt général;
3. Que le capitaine des Aigles vienne répondre physiquement au Comité exécutif et de réitérer tous les griefs des joueurs à l’organe dirigeant du football et au siège du football national en montrant que les joueurs respectent les textes;
4. Que la FEMAFOOT et le Département rendent publique la décision de l’intérim du sélectionneur aui est encore a l’état de rumeur;
5. Que la FEMAFOOT limite la place de la rumeur en communiquant sur ses décisions notamment la convocation du capitaine et les dispositions des textes y afférentes pour mieux éclairer le public;
6. Que le département clarifie rapidement les conditions d’organisation du voyage de Johannesburg et que les sanctions qui simposent soient prises;
7. Sur le choix du futur sélectionneur, si les conditions financières de recruter un étranger de référence sont inaccessibles, renforcer l’intérimaire actuel avec un autre technicien national en tenant compte des compatibilités pour garder toutes les chances à l’homogénéité et la complémentarité face à un agenda serré et aux urgences. En leur fixant un objectif dd qualification au Mondial et à la CAN.
Nous n’avons pas de besoin d’une nouvelle crise pour condamner nos jeunes talents et notre football avec.
Bamako, le 29 juin 2024,
Alassane Souleymane, journaliste
Ancien membre du CE de la FEMAFOOT
Ancien candidat à la présidence de la Femafoot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *