L’Office Malien de l’Habitat (OMH) a tenu, hier jeudi, la 44e session ordinaire de son Conseil d’administration essentiellement consacrée à l’examen et à l’adoption du programme d’activité et du projet de budget de l’exercice 2024 qui se chiffre en recettes et en dépenses à 33 913 084 255 F CFA. C’était dans les locaux de la Direction nationale de l’habitat (DNH).

L’ouverture des travaux était présidée par le ministre de l’Urbanisme, de l’habitat, des domaines, de l’aménagement du territoire et de la population, Imirane Abdoulaye TOURÉ ; en présence du Directeur général de l’OMH, Issa Seydou SISSOKO ; de l’ensemble des administrateurs.
A l’ordre du jour de cette session, il y avait entre autres : l’examen et l’adoption du rapport d’exécution du budget de l’exercice 2023 ; l’examen et l’adoption du programme d’activité et du projet de budget de l’exercice 2024 ; l’adoption des états financiers de l’exercice 2022, etc.
Dans son discours d’ouverture, le ministre Imirane Abdoulaye TOURE, a rappelé que face à l’accumulation des impayés enregistrés dans la mise en œuvre des termes de la Convention de 2018, un nouveau protocole d’accord et une nouvelle convention de restructuration des dettes de l’OHM ont été signés le 30 septembre 2022 entre l’OMH et le pool bancaire, sous l’égide de son département.
Selon le ministre TOURE, l’analyse des données de l’exercice 2023 au 30 septembre 2023 montre que pour la prévision de 27 899 010 281 F CFA, l’exécution du budget est de 17 255 457 158 F CFA au titre des recettes et de 10 843 619 046 F CFA au titre des dépenses.
Ces résultats largement en deçà des attentes s’expliquent essentiellement, dit-il, par la non mobilisation de la subvention de l’État pour soutenir l’OHM dans le cadre du Plan de restructuration de ses dettes, pour un montant de 4 milliards de F CFA ; le retard accusé par les banques dans la mobilisation des apports et cautions des 3 743 logements sociaux de Bamako constituant la première tranche des 12 566 logements d’une part, et les difficultés de reconstitution du reliquat des apports par certains bénéficiaires, d’autre part.
A cela s’ajoute la non attribution de certains logements de la première tranche pour certaines localités de l’intérieur dont le montant des apports personnels et des cautions est inclus dans le budget 2023 ; les difficultés de mobilisation du montant des apports personnels, des cautions et des mensualités pour les 1993 logements attribués en 2023 au titre de la 2e tranche des 12 566 logements sociaux ; les difficultés de cession de la totalité des 1200 logements en cession directe, en raison des occupations illicites de plusieurs logements concernés.
Par contre, en ce qui concerne la taxe-logement, le taux de recouvrement est de 84,5% à la date du 30 septembre 2023, ce qui s’explique par les efforts fournis dans le cadre du suivi des recettes.
Pour l’exercice 2024, le ministre TOURÉ a annoncé que le projet de budget est équilibré en recettes et en dépenses à 33 913 084 255 F CFA dont 20 649 752 992 F CFA consacrés au financement de l’habitat, correspondant à 60,89% du budget et est marqué essentiellement par : la mise en œuvre du Plan de restructuration des dettes de l’OMH dont l’incidence financière pour l’État est évaluée à un montant total de 228,5 milliards de F CFA.
A l’issue de la cérémonie d’ouverture, le DG de l’OMH, Issa Seydou SISSOKO, a déclaré à la presse que le nouveau budget s’inscrit dans le cadre de la prise en charge des obligations, conformément au plan de restructuration des dettes de l’Office malien de l’habitat (OMH) adopté en 2021 par le Gouvernement.
En 2024, la Direction de l’office entend maintenir le cap afin d’atteindre les objectifs.
Pour ce faire, le DG de l’OMH, Issa Seydou SISSOKO, lance un appel pressant aux bénéficiaires des logements sociaux à s’acquitter de leurs obligations, c’est-à-dire à payer régulièrement les frais de location, condition sine-qua-non pour que d’autres demandeurs puissent en bénéficier.
En 2024, il s’agira également pour les responsables de l’Office de continuer les travaux des projets en cours d’exécution.
Parmi les principales difficultés que rencontre l’OHM dans son programme de logements sociaux, le DG SISSOKO a souligné le retard de paiement des frais de loyers par certains bénéficiaires.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *