Après Daba DIAWARA en juin 2023, un autre ‘’tocard’’ de la scène politique malienne vient d’annoncer sa retraite politique. Il s’agit de Jeamille BITTAR, l’emblématique porte-parole en Bamanakan du M5-RFP, mouvement de contestation qui a fait chuter le régime de feu Président Ibrahim Boubacar KEITA dit IBK.
«Je ne dis pas que je mets fin à ma carrière politique, mais j’ai décidé de prendre ma retraite politique. Personnellement je suis confus. J’ai pris un recul. Je suis devenu comme un général à la retraite», cette annonce iconoclaste a été faite par Jeamille BITTAR ce mercredi 10 juillet 2024, dans une petite vidéo de 2 minutes sur le plateau de la plateforme Ibou SY.
Autrement dit, un général politique à la retraite, comme pour laisser la porte ouverte à un come-back.
«Je garde mes idées, si on demande mon avis sur des sujets bien précis, je suis prêt à les aider, à les orienter, à donner des conseils, à donner des idées là-déçues. Mais dire que je vais dans les combats politiques, électoraux, je mets fin à ça. Je ne serai pas candidat à quelque niveau que ce soit. Cette décision, je l’ai notifiée à tout le monde. Même en famille, je l’ai décidé ainsi», a-t-il tranché.
Même si l’intéressé n’a pas avancé les raisons de cette décision, beaucoup d’observateurs sont convaincus qu’elle résulte de ses déboires sur le plan politique et économique.
En juillet 2013, le Mali a organisé une élection présidentielle qui a mis en compétition 28 candidats. Une compétition qui a permis l’élection du Président Ibrahim Boubacar KEÏTA à la magistrature suprême.
Mais après, certains candidats malheureux, à l’image de Jeamille BITTAR, se sont éloignés du paysage politique, voire même de leurs partis et militants. Ils sont devenus introuvables, injoignables, inaccessibles ou tout simplement disparus des radars.
Candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2013, sous les couleurs de son parti, l’Union des Mouvements et Associations pour le Mali(UMAM), Jeamille BITTAR, jusqu’à la création du M5-RFP en 2020 avait choisi de se consacrer exclusivement à ses entreprises.
Mais en 2020, il intègre le Comité Stratégique du M5-RFP pour faire partir, à travers la mobilisation de la rue, le Président Ibrahim Boubacar KEITA, qui avait été réélu en 2018.
Les derniers faits d’armes
L’un des derniers actes qu’on retient de l’homme sur la scène politique a été son bras de fer avec l’actuel Premier ministre, le Dr Choguel Kokalla MAIGA, président du Comité stratégique du M5.
Avec d’autres leaders du M5-RFP, à l’image des anciens ministres, Imam Oumarou DIARRA, et Me Mountaga TALL, ils avaient lancé un ultimatum à Choguel Kokala MAÏGA.
« Nous lui donnons 72 heures pour restaurer l’entente au sein du mouvement, à défaut, il sera démis de ses fonctions de président du Comité Stratégique », avaient-ils lancé lors d’une conférence de presse en 2024.
Ils reprochaient au Dr Choguel MAIGA sa gestion du Mouvement de contestation qui a fait tomber le régime IBK en Août 2020, accusé de manipulation.
Le 5 mars, le Premier ministre a été déclaré démis de son poste de président du mouvement au terme d’une fronde éclair menée par d’anciens ministres soutenus par Jeamille BITTAR.
Malgré cette fronde contre lui en mars dernier, le Dr Choguel est toujours là comme chef du Gouvernement, au grand désarroi de ses détracteurs à l’image de Jeamille BITTAR qui vient de jeter l’éponge.
N’est-il pas là l’une des raisons de la retraite anticipée de l’homme d’affaires ?
En tout cas, des sources concordantes affirment également que ses affaires sont moins prospères aujourd’hui que par le passé.
Qui est Jeamille ?
Jeamille BITTAR est né le 8 mars 1967 à San, dans une famille de commerçants. C’est véritablement en 1996 que Jeamille BITTAR se fait connaître dans le milieu des affaires au Mali avec la création de « Bittar-Trans », une société de transport de personnes et de marchandises.
Après deux années de formation en gestion d’entreprise et management complétant la spécialité en commande électrique et automatisation des installations industrielles, il est diplômé de Master’s of Sciences en Ingénierie de l’Université d’Etat de Kharkov en URSS en février 1992.
Jeamille Bittar est surtout réputé pour sa réussite personnelle à la tête du groupe qui porte son nom, une réussite en matière commerciale et entrepreneuriale et est un véritable pourvoyeur d’emplois.
Dans sa carrière politique, Jeamille BITTAR a été vice-président du Parti pour le développement économique et la solidarité (PDES). Ce parti a été créé en juillet 2010 par des partisans de feu Président Amadou Toumani TOURE.
Après avoir démissionné du PDES, Jeamille BITTAR a créé l’UMAM en 2012. En 2013, il termine à la neuvième place au premier tour de l’élection présidentielle, très loin de la dernière marche sous les couleurs de son parti.
L’objectif visé par son parti, disait-il, était de « donner à la politique malienne un nouvel élan afin d’anéantir l’indifférence et la méfiance dont le politique fait l’objet auprès des masses populaires ».
Membre du FDR, Jeamille Bittar restera fidèle à son camp en décidant de soutenir Soumaïla Cissé, tout comme Modibo Sidibé, un autre signataire de la plate-forme ADR/FDR à la même année. Pendant que Dramane Dembélé, dont le parti Adema est membre de ce groupement, a décidé de soutenir IBK.

PAR ABDOULAYE OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *