Après les années de pandémie et la montée en puissance de l’armée malienne qui se bat pour reconquérir l’ensemble du territoire national, l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) a célébré, hier mercredi, la fête du 1er Mai dans l’euphorie, en renouant avec les défilés traditionnels. La cérémonie s’est déroulée sur le boulevard de l’indépendance, sous la présidence du ministre du Travail, de la fonction publique et du dialogue social, Fassoun COULIBALY ; en présence de plusieurs membres du gouvernement ; du secrétaire général de l’UNTM, Yacouba KATILÉ ; et des représentants des syndicats affiliés à l’UNTM.

Dans son intervention, le secrétaire général de l’UNTM a affirmé que le Pacte de Stabilité sociale et de Croissance est une rampe qui mènera le Mali à plus de prospérité pour tous, si toutes les parties respectent les engagements.

Il a déclaré que l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), les syndicats nationaux et leurs bases se mobilisent pour mettre fin au laisser-aller, à la corruption, à la prédation des ressources publiques de façon totale et permanente.

« Ils ne sont contre personne, mais les brimer sous l’auto illusion que les grèves sont interdites, est un leurre, une duperie contre lesquels l’Etat doit prendre des mesures coercitives, car les adeptes de l’usage de la force, des arguments fallacieux, sont les premiers ennemis de notre Pacte. Nous devons le protéger. Il en est de même de la gestion des entreprises », a souligné le leader syndical.

Il a soutenu que l’heure des Pactes concerne aussi l’épanouissement et la promotion du genre.

« Notre Centrale sera attentive à la mobilisation des femmes, à leur inclusion dans la résolution des problèmes. La Femme, maillon indispensable dans le développement socio-économique ; la femme bâtisseuse de paix, faire de sa promotion doit être une réalité et non un slogan creux. Des commissions, nous sommes venus au Comité des Femmes ayant plus de responsabilités, pouvant prendre des initiatives promotionnelles », a noté Yacouba KATILÉ.

Il a affirmé que notre pays est déséquilibré par une instabilité politique qui, telles des termites dans une planche de bois, minent de l’intérieur la solidité de la planche.

« Que de grands intellectuels convertis en classes politiques ne comprennent pas la nocivité des troubles intérieurs surtout en période de guerre, est difficile à comprendre, à concevoir. L’interdiction d’activités par le pouvoir n’est pas une excuse », a-t-il martelé, avant d’ajouter qu’il appartient aussi aux gouvernants de comprendre que la sourde oreille aux appels pour une solution à un conflit interne conduit à une catastrophe.

« Il faut toujours dialoguer, toujours avoir des solutions alternatives capables, au demeurant, de faire le consensus autour de l’essentiel », a conseillé Yacouba KATILÉ.

Il a rappelé que l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), mal comprise, l’avait fait pour sauver le pays en août 2022.

« Elle se situe encore dans le camp de la paix, ni pro, ni anti «Election» dans la confusion, la division, le chavirement de la nation comme les commanditaires européens sont arrivés à le faire en Haïti, en Somalie, au Congo de Patrice Lumumba, en Angola de Agostinho Neto », s’est justifié M. KATILE.

Parlant de sécurité, le secrétaire général de l’UNTM a déclaré qu’aujourd’hui, qu’il s’agisse de Wagner ou non, le Mali a le droit pour sa survie de recourir à des forces paramilitaires ou à d’autres épris de paix, de justice, de droit.

«Déterminons-nous à cheminer avec les amis qui ont les mêmes valeurs que nous pour consolider notre souveraineté fraîchement acquise. Mais il faut à l’intérieur l’union sacrée», a-t-il insisté.

Le ministre du Travail, de la fonction publique et du dialogue social, Fassoun COULIBALY, dira que la commémoration du 1er mai est l’occasion de faire le point des progrès accomplis en matière de protection du travail et le droit du travail.

Il a rassuré de l’engagement du gouvernement à poursuivre avec conviction et détermination la mise en œuvre du plan d’action 2023-2027 du Pacte de stabilité sociale et de croissance signé en 2023.

Le ministre a donné l’engagement que les points du procès-verbal du 5 février 2021 seront exécutés à hauteur de souhait.

Il s’agit, entre autres, de la situation des compressés de l’HUICOMA et des autres sociétés dont le paiement n’est pas totalement bouclé ; des partants volontaires y compris les 8% de l’intégration des contractuels des hôpitaux ; de l’intégration des enseignants des ECOM et des numéros matricules 100 ; de la passerelle entre les deux fonctions publiques ; de la relecture de l’arrêté d’application du Code du travail…

Le ministre a enfin rendu un hommage appuyé à l’ensemble des travailleurs pour leur sens élevé de responsabilité et leur contribution à la résolution des problèmes sociaux.

Le deuxième temps fort de cette commémoration du 1er mai par l’UNTM a été le défilé des différents syndicats affiliés à cette centrale syndicale. Ont défilé entre autres : la Fanfare, les pionniers, le bureau exécutif de l’UNTM, le comité des femmes, le comité des jeunes, le Réseau des organisations pour une citoyenneté participative (ROCP), l’Association des victimes d’accident du travail, l’ADDID, le CNASAM, l’ADDAD (Association de défense des droits des aides ménagères).

Les syndicats nationaux qui ont défilé sont les suivants : le SYNAPOSTEL, le SYNIATHA, le SYNIPIL, le SYNAMETIM, le SYNAPRO, le SYNIBABCOM, le SNS-AS-PF (Santé), le SYNTADE, le SNT (Transport), le SYNPS, le SYNABEF, le SNEC.

Le défilé a pris fin par le passage des engins.

PAR MODIBO KONÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *