L’hôtel Azalai abrite la 9e revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires de l’UEMOA sur le plan national. La cérémonie d’ouverture de ces travaux de trois jours était présidée, hier mercredi 29 novembre 2023, par le représentant du ministre de l’Economie et des finances, Diakaridia DEMBELE ; en présence du représentant résident de la Commission de l’UEMOA au Mali, Mamadou Moustapha BARRO ; de la Coordonnatrice de la Cellule de suivi de la mise en œuvre des réformes, politiques, programmes et projets communautaires au Mali ; des représentants des ministères sectoriels ; des représentants des Ordres nationaux des professions libérales…

Au cours des travaux, il sera question d’échanger sur la base de la grille de pondération retenue de commun accord au cours de l’atelier régional préparatoire de la revue, édition 2023, afin de ressortir les performances réalisées par le Mali dans la mise en œuvre des réformes, politiques, programmes et projets communautaires de l’UEMOA.
Le représentant résident de la commission de l’UEMOA au Mali, Mamadou Moustapha BARRO, a affirmé que cet exercice de revue s’inscrivait dans le processus d’identification des facteurs pouvant spolier les fruits des différents efforts communautaires, en vue d’anticiper les actions idoines pour une impulsion politique ciblée au processus d’intégration dans l’espace UEMOA.
« La Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA a institué cet exercice de revue annuelle par Acte additionne, pour favoriser et faciliter l’accélération de l’application des réformes, politiques, programmes et projets communautaires au sein de l’Union », a expliqué M. BARRO.
Il a indiqué que les résultats obtenus à ce jour témoignaient de sa forte contribution, non seulement à l’effectivité de l’harmonisation des législations nationales, mais aussi et surtout à la coordination du suivi de la mise en œuvre des politiques, programmes et projets communautaires.
Aux dires du représentant résident de la Commission de l’UEMOA au Mali, dans la dynamique de consolidation des acquis d’une part, et du maintien du niveau d’engagement actuel des Etats membres d’autre part, l’exercice de la revue témoigne de la volonté des autorités des Instances décisionnelles de l’Union pour le respect des instructions des Conférences des chefs d’États.
Pour sa part, le représentant du ministre de l’Economie et des finances, Diakaridia DEMBELE, dira que la revue annuelle vise à imprimer un coup d’accélérateur au rythme d’internalisation des réformes, des politiques, des programmes et des projets de l’UEMOA.
Il a rappelé qu’en 2022 la phase technique de la revue annuelle n’avait pas eu lieu compte tenu des situations géo-politiques qui ont survenu dans notre pays.
« Cette importante activité consiste à faire le point sur l’état de mise en œuvre des réformes de l’UEMOA au plan national. Elle traduit la volonté des Chefs d’Etat et de Gouvernement à travers l’adoption de l’Acte additionnel n°05/2013/CCEG/UEMOA du 24 octobre 2013 instituant une revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires dans les Etats membres de l’UEMOA », a justifié M. DEMBELE, avant d’ajouter que la finalité recherchée est de parvenir à approfondir l’intégration régionale dans tous les domaines.
Le représentant du ministre de l’Economie a affirmé que l’exercice de la revue annuelle visait entre autres : améliorer le niveau et la qualité de mise en œuvre des réformes, des politiques, des programmes et des projets de l’UEMOA ; favoriser en particulier la transposition des directives dans les délais impartis ; renforcer le niveau de dialogue et de concertation nationale avec la Commission de l’UEMOA dans le cadre des interventions régionales à internaliser ; identifier les difficultés et les écueils qui pèsent dans la bonne exécution des chantiers communautaires.
Aussi, a-t-il ajouté que la revue annuelle offrait à notre pays une occasion exclusive pour revisiter en profondeur les réformes et politiques communautaires et pour connaître la nature précise des lenteurs qui affectent leur mise en application et de faire la situation sur les programmes et projets de l’UEMOA en cours d’exécution au Mali.
Par ailleurs, Diakaridia DEMBELE a informé que l’Union chercherait à parachever la création d’un marché commun ouvert et concurrentiel et à assurer un développement harmonisé de tous les secteurs.
La finalité des réformes étant de créer un cadre rationnalisé, harmonisé, incitatif pour l’investissement, de sorte à parvenir, à terme, à un développement économique, social et humain harmonieux.
Il a soutenu que la mise en œuvre des réformes permettait de renforcer la solidarité au sein de l’espace communautaire ; de mutualiser les forces et expériences ; de combler les faiblesses à l’échelle communautaire et d’affronter les défis communs selon des approches concertées.
Le conseiller technique du ministère de l’Economie a souligné que les réformes de l’UEMOA touchaient à plusieurs domaines regroupés en trois grandes catégories que sont : les réformes dans le domaine de la gouvernance économique et de la convergence ; les réformes du marché commun ; et les réformes touchant aux politiques sectorielles.
Notons que les résultats de ces travaux donneront lieu à un mémorandum qui sera soumis à l’examen des ministres à l’occasion de leur rencontre pour le volet politique de la revue annuelle, en présence du Président de la Commission de l’UEMOA. Et les conclusions du mémorandum seront portées, un peu plus tard, à l’attention des Chefs d’Etat et de Gouvernement.

PAR MODIBO KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *