Afin de sauver le pays, le Mouvement Tabalé vient de préconiser cinq mesures essentielles parmi lesquelles figure l’organisation des élections crédibles et transparentes sur toute l’étendue du territoire national. Et cela, en trouvant des mécanismes innovants et adaptés de participation des réfugiés et des déplacés aux scrutins. L’annonce a fait l’objet d’un communiqué signé ce dimanche 31 mars 2024, par la coordinatrice générale dudit Mouvement, CISSE Fatoumata COULIBALY.

Dans son document, la coordinatrice du Mouvement a souligné que pour sauver le pays, il faudrait que le Dialogue inter-maliens direct inscrive la crise politique et institutionnelle au point des discussions de ses travaux.

A cet effet, il a annoncé des mesures qui pourraient faciliter le travail, parmi ces mesures, la coordinatrice CISSE Fatoumata COULIBALY a parlé de la mise en place d’une Transition de 15 mois dirigée par le Chef de l’État.

A cela s’ajoute également la dissolution du Conseil National de Transition (CNT), et affecte les ressources financières de cette institution aux secteurs vitaux à déterminer.

Le Mouvement Tabalé, dans son document, a proposé la suppression des salaires des ministres et du Président de la Transition, à remplacer par de simples indemnités de travail. Parmi les mesures, il y a aussi la désignation, par le Dialogue inter-malien direct, d’un Premier Ministre civil et apolitique chargé de la paix et de la Réconciliation, et d’un gouvernement de 18 membres maximum. Enfin, le Mouvement suggère d’assigner à l’équipe Gouvernementale trois (03) missions essentielles à savoir : rassembler les maliens ; Renouer avec les partenaires du Mali, dans le strict respect des trois (03) conditions fixées par le Président de la Transition ; et Organiser des élections crédibles et transparentes sur toute l’étendue du territoire national, en trouvant des mécanismes innovants et adaptés de participation des réfugiés et des déplacés aux scrutins.

Évoquant la fin de la Transition, la coordinatrice générale du Mouvement, dans son communiqué, a rappelé que la Transition devrait se terminer depuis le 26 Mars 2024, conformément au décret n° 2022-0335/PT-RM du 06 Juin 2022.

Ainsi, le Mouvement Tabalé a relevé avec regret cet état de fait, dans un contexte socio-économique, politique et sécuritaire caractérisé par l’enseignement et l’éducation mal au point, la paupérisation continue des populations et la cherté de la vie, une justice assez en deçà des attentes du peuple, la crise énergétique sans précédent, etc.

Pendant ce temps, selon le Mouvement tabalé, le Peuple malien a régulièrement assumé avec une résilience mémorable, les effets des choix politique et stratégique de la Transition, non seulement au nom de la souveraineté, de la dignité, mais surtout conscient du fait que le régime en place a hérité de lourdes conséquences de gestion publique antérieure calamiteuse qui ont plongé le Mali dans d’énormes difficultés.

Le Mouvement a soutenu que le Peuple avait hérité de lourdes conséquences de gestions publiques antérieures calamiteuses, qui avaient plongé le Mali dans d’énormes difficultés, et cela depuis des dizaines d’années.

Enfin, la coordinatrice CISSE Fatoumata COULIBALY a fait savoir qu’en aucun moment, le Mouvement tabalé ne s’est jamais abstenu de faire non seulement des propositions pour la bonne marche de la Transition ; mais aussi pour trouver un début de solution à la résolution de l’équation Paix-Sécurité-Réconciliation-Développement dans notre pays, afin de baliser le terrain de l’après retour à l’ordre constitutionnel.

Par SABA BALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *