Le Grand Hôtel de Bamako a abrité ce jeudi 12 octobre 2023, les travaux de l’atelier national de restitution de l’étude diagnostique des SFD partenaires du projet inclusif pour la digitalisation de leurs produits financiers et non financiers. Initié par le «Projet Inclusif, l’objectif de cette rencontre est d’une part d’examiner et valider le rapport de l’étude diagnostique et d’autre part, d’obtenir l’appui technique et financier des bailleurs et structures compétentes pour la mise en œuvre des projets digitaux des SFD.

L’ouverture des travaux était présidée par le secrétaire général du ministère de l’industrie et du commerce, Adama Yoro SIDIBÉ ; en présence du Association des systèmes financiers décentralisés, Modibo Coulibaly ; du coordinateur du Projet inclusif, Dramane SIDIBE ; ainsi que d’autres acteurs du secteur.
A travers cette rencontre, il s’agit de faire adhérer les SFD et leurs PTF au soutien de la mise en œuvre des Plans d’Actions Individuels de digitalisation ; assurer la complémentarité et la synergie d’actions entre les acteurs impliqués dans le processus de digitations des activités des SFD au Mali ; obtenir l’accompagnement des structures d’encadrement technique pour bien conduire le processus de digitalisation des SFD du Mali ; et enfin faciliter l’accès des populations à revenus modestes aux services financiers numériques.
Le projet Inclusif, selon ses responsables, a pour objectif d’accroître l’inclusion financière de 440 000 petits producteurs et petites et moyennes entreprises (PME) agro-alimentaires dans les régions de Koulikoro, Sikasso, Kayes, Ségou et Mopti.
Pour une durée de 6 ans (2018-2024) le projet Inclusif induira à terme : une hausse de 35% du nombre des petits producteurs dans le portefeuille des Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) ruraux ; la viabilité de 6 institutions financières rurales ; un volume de crédit F CFA 20 milliards et d’épargne F CFA 6 milliards.
Il vise aussi à créer 160 partenariats productifs fonctionnels affiliant 360 OP et 60 PME ; une augmentation des volumes commercialisés pour 22.000 petits producteurs ; et une augmentation du chiffre d’affaires des PME (150%).
Pour atteindre ces résultats, le projet Inclusif s’appuie sur une théorie du changement qui considère le faible accès des ruraux et des agro-PME au financement comme un goulot d’étranglement qui compromet le développement économique des segments ruraux productifs.
Pour inverser cette tendance, le projet met en œuvre une stratégie qui portera de 20 à 35% le taux d’inclusion financière rurale.
Mise en œuvre dans la composante A, cette stratégie consistera, entre autres, à moderniser l’offre des produits et services financiers par des investissements conséquents dans la conception et/ou la promotion de solutions innovantes. Au nombre de ces solutions, le design du projet a prévu la digitalisation des services financiers et non financiers des SFD partenaires.
L’objectif visé à travers le présent Projet de digitalisation est d’élargir l’utilisation de services financiers numériques pour accroître davantage l’inclusion financière notamment en milieu rural.
Le projet de digitalisation cible en priorité les petits producteurs et leurs organisations contribuant ainsi à minimiser les risques auxquels ils sont exposés et en facilitant l’engagement et le développement de relations de long terme au sein des chaînes de valeur.
Les contraintes rencontrées en milieu rural tant du côté de la demande que de l’offre pour distribuer des services financiers au dernier kilomètre, appellent à une modification des modèles de distribution.
En effet les contraintes liées à l’automatisation des opérations de certaines institutions de microfinance ainsi que les coûts relatifs à la mise à niveau de leurs Systèmes d’Information et de Gestion (SIG) posent un frein au réel développement du secteur de la microfinance.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *