«Les Solutions de l’Islam face aux Défis de l’humanité», était la problématique au centre d’une conférence débat, le samedi 24 février 2024 au CICB. Initié par l’institut islamique de formation, d’expertises et de conseils (al hikma-la sagesse), en collaboration avec Edutek Training, cette rencontre était animée par trois éminents conférenciers, à savoir : le Professeur Jamal MIMOUNI, venu d’Algérie ; Cheick Youssouf Hassan DIALLO, ancien candidat à l’élection présidentielle ; et le Dr. Mamadou DIAMOUTANI, ancien président de la CENI, membre du Haut conseil islamique du Mali.

Trois sous-thèmes ont été débattus lors de cette rencontre, à savoir : « L’islam et la science » ; « L’islam et le développement personnel, développement socioéconomique» et enfin « L’islam et la cohésion sociale ».
Dans son intervention, le directeur de l’Institut, Dr Mahamane MAIGA, a rappelé que le monde a été créé par Allah, et il est évident que pour tous les problèmes que traverse notre planète ont leurs solutions dans la foi et la croyance en Allah et ses écritures Saintes.
Des différentes interventions, la décadence morale est le résultat de tout rejet de la référence à Dieu. Ceci a pour conséquence l’effondrement des institutions de la famille et du Mariage.
Pour Cheick Youssouf Hassan DIALLO, la moralité n’a pas sa raison d’être en dehors de son rapport avec Dieu, par ce que, dit-il, toutes les valeurs morales authentiques de l’humanité ont pour origine ’’Dieu qui les a transmises à l’humanité à travers son message révélé au Prophète (PSL).
Par conséquent aucune solution ne peut être trouvée aux multiples crises et aux multiples défis qui se posent à l’humanité sans se référer aux injonctions divines.
Pour le conférencier, l’apparition de nouvelles formes de famille contre nature lié aux LGBT (Pédophilie, zoophilie, l’éducation sexuelle pour mineure) a engendré de nombreux problème tels que : les Guerres et les conflits ; l’insécurité ; les crises économiques successives ; les crises sociales ; le Terrorisme ; la crise de l’éducation.
Il y a 14 siècle, ont-il fait savoir, l’islam a fait une déclaration universelle dans laquelle il a été proclamé l’égalité totale entre les êtres humains où le seul critère de supériorité est le degré de proximité vis à vis de Dieu. En effet, Allah a dit (Sourate al-Hujurat, les Appartements, Verset 13).
Le Coran reconnait d’abord le principe de l’égalité entre tous les hommes : « Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et nous avons fait de vous des nations et des Tribus, pour que vous vous entre-connaissiez».
Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. «Allah est certes Omniscient et Grand- Connaisseur », précisent les écritures Saintes.
Selon le conférencier, l’illustration a été faite en présence du prophète (PSL) qui a tranché par rapport à l’incident survenu entre Abi zarr Al ghifari et Bilal Ibn Rabah.
Pour le Dr Mamadou DIAMOUTANI, l’islam est venu construire une société de solidarité, de fraternité, d’entraide et de compassion. C’est pourquoi, dit-il, Dieu a donné à la communauté musulmane le Statut de Meilleure communauté suscité parmi les humains et cela en raison de 3 principes ainsi que suit : ordonne le convenable ; interdis le blâmable ; et crois en Dieu.
L’islam est l’unique système dans le monde qui gère et réglemente la vie de l’être humain dans le monde ici-bas et dans le monde de l’au-delà. Et l’islam prend en charge l’être humain avant sa naissance jusqu’à sa mort.
Dans ce projet de société, l’islam a une politique tendant à faire de la société des croyants et des croyantes une société où chaque membre doit être pris en charge par cette société comme exemplaire en créant un certain nombre de mécanisme.
Il s’agit de la responsabilisation de chaque citoyen face à ses droits et devoirs (homme, femme, enfants) ; la fraternité islamique ; le respect des liens de parenté ; le respect du voisinage et de la concitoyenneté ; la protection des droits des non musulmans.
Il s’agit aussi des chaînes de solidarité telles que : la zakat, le Waqf, l’aumône. Sans oublier l’institution familiale, l’institution du mariage ; la protection des personnes vulnérables, tel que : les veuves, les orphelins, les invalides, les indigents, les réfugiés, les personnes déplacées, les personnes sinistrées, les personnes en situation de handicap etc.
Des postes spécifiques sont prévus dans le budget de l’État islamique (baïtoul mâl) pour faire face à toutes ces situations ainsi que dans la zakat.
Pour rappel, l’institut AL-HIKMA, selon son directeur général, Dr Mahamane MAIGA, est né de la nécessité de permettre aux intellectuels musulmans qui n’ont pas bénéficier d’un enseignement religieux, d’avoir un cadre leur permettant de faire face aux grands défis du moment qui peuvent remettre en question parfois notre foi. D’acquérir des formations de pointe à la hauteur de leurs attentes avec des formateurs de renom tout en leur permettant de débattre des sujets d’actualités inhérents à la religion dans le souci de renforcer leur foi et contribuer à leur épanouissement spirituel.

Par Abdoulaye OUATTARA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *