Le Premier ministre, Choguel Kokalla MAÏGA, a procédé, le mardi 25 juin 2024, à l’ouverture de la 2e édition de la Semaine du numérique au Centre international des conférences de Bamako (CICB). Placée sous le thème : «Les technologies de l’information et de la communication comme facteur de résilience face à la crise multiforme dans le Sahel : opportunités et défis », l’événement a été organisé par le ministère de la Communication, de l’Economie numérique et de la Modernisation de l’Administration avec comme pays invité d’honneur le Niger.
Pour la circonstance, le Chef du Gouvernement avait à ses côtés le ministre de la Communication du Mali, Alhamdou Ag Ilyène ; le ministre de la Communication, des Postes et de l’Économie numérique du Niger, pays invité d’honneur, Sidi Mohamed Raliou, et le ministre de la Transition digitale, des Postes et des Communications électroniques du Burkina Faso, le Dr Aminata Zerbo Sabane.
L’édition 2024 de la Semaine du numérique est placée sous le patronage du Président de la Transition, le colonel Assimi GOÏTA, et se déroule du 25 au 27 juin 2024.
Lors de cette cérémonie, l’assistance a eu droit à la projection d’une vidéo sur l’environnement numérique au Niger. Ensuite, le ministre burkinabè de la Transition digitale, des Postes et des Communications électroniques, le Dr Aminata Zerbo Sabane, a magnifié les liens fraternels profondément vivifiés à travers l’AES.
Mme Aminata Zerbo a présenté le numérique comme un d’outil formidable de résilience des peuples grâce aux paiements électroniques, d’outil stratégique de lutte contre les forces du mal grâce à la surveillance et d’outil de développement permettant, par exemple, le e-learning, le renforcement des liens familiaux, la dématérialisation des services publics, la transformation structurelle de l’économie.
Quant au ministre de la Communication, des Postes et de l’Économie numérique du Niger, Sidi Mohamed Raliou, il a appelé à focaliser l’attention sur les politiques publiques dans le secteur numérique dont aucun autre secteur ne peut se passer.
«La question de la digitalisation n’est pas une option, c’est une obligation, un chemin à prendre au service de toutes les nations », a-t-il déclaré.
Pour ce faire, le ministre nigérien a exhorté les pouvoirs publics à s’engager notamment dans la construction d’infrastructures numériques et a affirmé que la Semaine du numérique apportera une grande plus-value à l’AES.
De son côté, le ministre malien chargé de la Communication, Alhamdou Ag Ilyène, a ajouté que cet événement était un cadre d’échanges permanents. Il a fait savoir que le numérique était une réponse à la crise pour une Afrique libre et connectée.
S’exprimant à l’ouverture de cette édition, qui est un cadre d’échanges à travers les panels, des expositions en stand, de concours des startups, du réseautage en B2B, le ministre de la communication de notre pays, Alhamdou Ag ILYENE, a indiqué qu’elle est un espace dédié à tous les acteurs du secteur pour leur donner l’occasion d’exposer leurs talents et engager des discussions franches permettant d’identifier des initiatives ou solutions aux problèmes de l’heure.
Devenue incontournable dans le développement, la question de l’essor des Technologies de l’Information et de la Communication est apparue comme l’une des principales priorités des plus hautes autorités du pays, a affirmé le ministre Ag ILYENE, rappelant l’engagement du président Assimi GOITA lors de sa visite à Sikasso.
Selon lui, faire de la digitalisation de l’Administration, l’un des outils de bonne gouvernance est un ton d’un haut portage politique en faveur du processus du développement des TIC.
Ensuite, le ministre Alhamdou Ag ILYENE a souligné l’importance des technologies de l’information et de la communication (TIC) comme facteur de résilience face à la crise multiforme dans le Sahel dans un contexte où les pays de l’Alliance des Etats du Sahel sont confrontés au défi du terrorisme.
Il est persuadé que les Technologies de l’Information et de la Communication renforcent capacités d’un pays à défendre et sécuriser son territoire pour assurer sa souveraineté, affirmant par ailleurs « Nul ne peut de nos jours assurer efficacement sa sécurité et sa défense sans les outils TIC ».
A l’entame de son propos, le Premier ministre a félicité les trois ministres de l’Alliance des Etats du Sahel (AES) pour cette initiative.
Aussi, a-t-il exhorté les participants à la Semaine du numérique à la mobilisation : «Levons-nous pour jouer notre partition. La parole aussi, c’est un fusil, c’est l’arme la plus redoutable. Mettez vos techniciens ensemble pour contrer les ennemis de l’AES. Nous ne voulons plus de l’aide au développement, nous préférons le donnant-donnant. Ce que les Maliens de France apportent, c’est plus que l’aide au développement. Que personne ne nous manipule encore».
Axée autour de l’Alliance des Etats du Sahel (AES), la Semaine du numérique consiste, entre autres, en des débats dans le cadre de panels sur la sécurité et la souveraineté à travers le numérique ; l’intelligence artificielle et la production audiovisuelle ; les plateformes et réseaux sociaux ; l’indépendance technologique face à la souveraineté numérique ; le développement de l’économie numérique et les facteurs de résilience. Elle est aussi marquée par l’exposition de stands, la compétition entre start-up et la remise de prix.

PAR MODIBO KONÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *