Dans un communiqué conjoint rendu public, le dimanche 4 février 2024, le mouvement M5-RFP-Mali Kura et le parti YELEMA « Le Changement » ont exprimé leur regret de constater qu’en l’espace de 4 jours, le 25 et le 28 janvier 2024, les autorités de la Transition ont annoncé aux Maliens deux grandes décisions, sans aucune forme de concertation ni de consultation préalable d’aucune force vive de la nation, à savoir : la fin de l’Accord dit d’Alger avec effet immédiat et le retrait du Mali de la CEDEAO.

Le M5-RFP-Mali Kura et le parti YELEMA « Le Changement » affirment dans ledit communiqué conjoint prendre acte de la décision de nos autorités de mettre fin à l’Accord pour la Paix issu du processus d’Alger avec effet immédiat et l’ouverture du dialogue direct inter-maliens.
Toutefois, ces deux regroupements politiques regrettent cette décision, surtout au moment, disent-ils, où nous semblons être en position de force sur le terrain.
Pour le M5-Mali Kura et le parti YELEMA, cette position aurait dû faciliter la mise en œuvre de la volonté légitime du peuple malien, maintes fois exprimée à travers tous les fora organisés depuis 2019, exigeant la révision dudit Accord avec toutes les parties prenantes pour un règlement politique du conflit.
« Le M5-RFP-Mali Kura et le parti YELEMA rappellent qu’ils ont toujours invité les autorités de la Transition à l’ouverture d’un dialogue direct inter-maliens, à l’effet d’obtenir la révision de l’Accord pour la paix, mais aussi d’arriver à une paix plus globale incluant tous les acteurs clés, y compris les groupes armés terroristes maliens », relève le communiqué.
Sur le retrait du Mali de la CEDEAO, là aussi le M5-RFP Mali Kura et le parti YELEMA ont été surpris comme beaucoup d’autres forces vives, par la décision unilatérale des autorités de la Transition.
« Une décision qui vient compliquer davantage la crise multidimensionnelle du pays, dont la première victime est le citoyen malien, déjà suffisamment éprouvé », regrettent les membres de cette alliance politique qui s’opposent depuis sa création aux décisions prises par les autorités sur beaucoup de plans.
Le M5-RFP-Mali Kura et le parti YELEMA « Le Changement », rappelant la dimension africaine de la révolution citoyenne malienne, croient que notre pays, notre sous-région et l’Afrique doivent définir leur propre horizon à la faveur des mutations mondiales en cours.
« Ce qui devrait justifier une initiative forte de refondation de la CEDEAO, et non pas notre divorce d’avec elle », estiment le M5-RFP-Mali Kura et le parti YELEMA qui regrettent une telle décision et interpellent les autorités sur les fâcheuses conséquences économiques, politiques et sociales d’un tel retrait, pour nos compatriotes installés hors du pays, notre secteur privé et notre diplomatie.
C’est pourquoi, le M5-RFP-Mali Kura et le parti YELEMA invitent les autorités de la Transition à reconsidérer leur décision de retrait de la CEDEAO, notre organisation commune. Ils les exhortent plutôt à porter leurs efforts sur l’identification des insuffisances de la CEDEAO, afin d’y proposer les réponses idoines.
Ils les exhortent, enfin, à une approche inclusive dans les prises de décisions à fort impact sur les populations, conformément aux valeurs et principes prônés dans la Charte de la Transition.

Par Abdoulaye Ouattara

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *