Sans surprise, Vladimir POUTINE a été réélu en Russie avec plus de 87% des suffrages obtenus lors de la présidentielle de dimanche dernier. Ainsi, le Président russe rempile donc pour six ans à la tête de son pays. De la Chine à Cuba, les alliés du Président russe ont été prompts à saluer sa réélection, tandis que certains pays occidentaux ont dénoncé un simulacre de démocratie. En Afrique, plusieurs Présidents ont adressé des messages de félicitations au Président POUTINE, dont les trois Présidents de l’AES : Assimi GOITA du Mali, Ibrahim TRAORÉ du Burkina Faso et Abdourahamane TIANI du Niger.

Cet énième succès du Président Poutine est une reconnaissance des Peuples de la Fédération de Russie pour son travail à toute épreuve pendant ces longues années. Si la plupart des pays occidentaux ont réagi en dénonçant cette victoire de POUNTINE, les présidents des pays de l’Alliance des États du Sahel (AES) ont applaudi cette brillante réélection du dirigeant russe.

Dans un message, le Président de la transition, Assimi GOÏTA, a formulé ses félicitations à l’endroit de son homologue russe en ces termes : «J’adresse mes vives félicitations au Président Poutine pour la confiance renouvelée par son Peuple et lui souhaite plein succès dans l’accomplissement de ses hautes fonctions. En sa qualité de partenaire stratégique et sincère du Mali, je lui renouvelle toute notre amitié »,

Quant au capitaine Ibrahim TRAORÉ du Burkina Faso, son message de félicitation est intitulé ainsi : «J’adresse mes félicitations au Président Vladimir POUTINE pour sa réélection, ce dimanche 17 mars, à la tête de la Fédération de Russie. En mon nom propre et en celui du peuple burkinabè, je lui formule des vœux de plein succès. Que ce nouveau mandat contribue au renforcement des relations déjà excellentes entre nos pays pour le bonheur des braves peuples burkinabè et russe ».

De son côté, le général Abdourahamane TIANI du Niger s’exprime en ces termes : «Votre brillante réélection à la tête de la Fédération de Russie à la suite des consultations tenues du 15 au 17 mars 2024, m’offre l’agréable plaisir d’adresser à Votre Excellence, au nom du Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP), du Gouvernement, du Peuple nigérien et en mon nom, mes vives et chaleureuses félicitations ainsi que mes vœux de réussite dans l’accomplissement de votre haute et exaltante mission».

Le grand Peuple russe, poursuit le Président du CNSP, “en vous renouvelant sa confiance à travers cette éclatante victoire, vient une fois encore de prouver son adhésion à votre programme de gouvernance ainsi qu’à votre ambition légitime de continuer à faire progresser la Fédération de Russie dans tous les domaines économiques et politiques, et lui assurer un rang des plus honorables dans le concert des nations”.

Le général TIANI conclut son message en affirmant que ’’le Niger, qui mène une lutte historique pour la reconquête de sa souveraineté et son développement, sait pouvoir compter sur votre engagement personnel et la coopération avec la Fédération de Russie pour réussir son combat patriotique’’, avant de rassurer de sa ’’disponibilité personnelle ainsi que celle du Gouvernement du Niger à œuvrer, de concert avec Votre Excellence et le Gouvernement de la Fédération de Russie, en vue du renforcement des relations déjà excellentes entre nos deux pays’’.

Toujours en Afrique, d’autres Présidents ont félicité Vladimir POUTINE pour sa réélection. Dans un communiqué, le général Mahamat Déby Itno a souligné que, « cette victoire électorale témoignait de la confiance que le peuple russe accordait à son Président. Le peuple russe reconnaît en Vladimir Poutine un leader capable de guider son pays vers un avenir prospère et stable ».

Cette chaleureuse félicitation du Président tchadien au Président russe n’est pas passée inaperçue. Cela, quand on sait que le Tchad est l’un des derniers partenaires des Occidentaux au Sahel.

« Le Tchad n’est pas pour le moment une zone d’influence russe. Je crois que c’est un message que le Président tchadien envoie aux puissances occidentales pour dire qu’il n’hésitera pas à s’aligner sur la Russie si des pressions sur le processus électoral qui se profile au Tchad, donnaient l’impression que ces puissances aimeraient le voir quitter la tête du pays », analyse le togolais Dany Ayida, consultant et expert en relations internationales.

Au cours des six prochaines années, une activité intense dans l’espace post-soviétique et en Eurasie sera prioritaire pour la Russie, a déclaré le politologue russe Dimitri Evstafiev.

D’autres axes principaux, selon lui, pourraient inclure : à savoir le dialogue avec l’Occident, surtout avec les États-Unis, non pas sur l’Ukraine, mais sur un large éventail de questions de sécurité liées à l’Europe et au-delà.

Cependant, «l’Occident considère comme un problème le fait que la Russie n’est pas celle qu’il souhaite», note le professeur Evstafiev. «Dès que l’Occident se rendra compte qu’il ne s’agit pas de la Russie, mais de l’inadéquation de sa perception du monde moderne, il y aura lieu de discuter sérieusement avec l’Occident», dit-il.

Aussi, l’expert prédit le dialogue avec les pays du Sud global pour poursuivre une ligne de politique étrangère pertinente définie précédemment.

De même, il évoque la création d’un nouvel espace de sécurité géo-économique en cas d’effondrement de l’économie mondiale centrée sur les États-Unis et basée sur le dollar US. Pour Dimitri Evstafiev, cela pourrait inclure de nouveaux systèmes de paiement ou la réalisation de règlements mutuels sans dollar.

«Poutine n’est pas le genre de personne qui fait volte-face. Il procède progressivement à des changements décisifs. Tout le monde comprend l’ampleur de ces changements trois ans après leur réalisation», conclut l’expert.

PAR MODIBO KONÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *