Dans le cadre du suivi des recommandations de la table ronde en juillet 2022, Wetlands International Sahel organise, depuis hier mercredi 26 juin 2024, à l’hôpital Massaley de Bamako, un atelier technique pour l’élaboration des projets et programmes structurants dans les zones humides au Sahel. Prévue pour une durée deux jours, cette rencontre placée sous le thème «Les zones humides, un espoir pour la paix, la stabilité et le développement durable au Sahel» sera mis à profit des parties prenantes pour faire le point de la mise en oeuvre des recommandations de Bamako
Présidée par Mme Fatoumata KANOUTE, directrice générale des eaux et forêt, la cérémonie d’ouverture a enregistré la présence de Korotoum SANOGO, représentante du directeur de l’agriculture ; de Karounga KEITA, directeur Sahel de Wetlands International ; de Sékou Diarra directeur national de l’hydraulique ; de Astrid Mastenbroek, représentante de l’ambassade du Royaume des Pays-Bas au Mali ; le représentant du gouvernement du Burkina Faso ; du Mali et de la Guinée etc.
L’objectif de ladite rencontre était de discuter des projets et programmes proposés afin de s’accorder sur leur validité et de recueillir les propositions de soutien technique ou financier.
Il s’agit, éventuellement, d’apporter des amendements afin de mieux les aligner sur les voies menant à la paix, à la stabilité et au développement durable ; de dégager des opportunités et perspectives de coopération future pouvant faire l’objet d’une feuille de route d’ici à 2030.
Le directeur Sahel de Wetlands International, Karounga KEITA, a souligné que les zones humides représentent 3 à 10 % des superficies des territoires sahéliens.
Cependant elles abritent plus de 75% de la population. C’est pourquoi sauvegarder ces Zones humides peut être, selon lui, une réponse efficace non seulement aux populations mais aussi aux questions sociales, économiques et culturelles.
Ainsi, à ce titre elles peuvent être un « espoir pour la paix, la stabilité et le développement durable au Sahel ».
Toutefois, il a fait savoir qu’il reste de nombreux défis pour la conservation et la restauration des zones humides ; car il s’agit de promouvoir la gestion rationnelle et conserver les ressources naturelles.
De ce fait, le présent atelier se place dans le cadre du suivi des 24 actions prioritaires retenues et approuvées par les parties prenantes lors de la table ronde tenue le 19, 20, et 21 juillet 2024 à Bamako.
Parmi, ces recommandations, on peut citer : la mise en place des réseaux de suivi de la qualité de l’eau ; quantifier les besoins en eau de tous les usages ; favoriser la prise en compte de la GIRE dans la politique sectorielle ; renforcer les capacités organisationnelles en matière prévention et gestion des conflits relatives aux ressources naturelles etc.
Elles sont ainsi structurées en 5 thèmes fédérateurs, à savoir : Paix et Sécurité ; Biodiversité Dialogue ; Coopération et Gouvernance ; Moyens de subsistance ; Gestion Intégrée des Ressources en Eau.
Les travaux de cet atelier de deux jours porteront sur la présentation des 24 actions prioritaires de la Table Ronde ; la présentation du BLISS / Land scape approche. Les participants échangeront également sur la vision et perspective du programme cadre de gouvernance des ressources naturelles des zones humides du Sahel.
Les travaux porteront également sur des réflexions sur les trois composantes du programme cadre notamment : GIRE ; Biodiversité et Résilience.

PAR AMINA SISSOKO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *