Le Vérificateur Général a initié une vérification de suivi des recommandations issues de la vérification de performance de la gestion de l’Institut d’Ophtalmologie Tropicale d’Afrique (IOTA) au titre de la période allant du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2020. Sur les 17 recommandations formulées par la mission initiale, six sont entièrement mises en œuvre, six sont partiellement mises en œuvre, trois ne sont pas mises en œuvre et deux sont non applicables. Le Vérificateur général juge que le niveau de mise en œuvre globale des recommandations n’est pas satisfaisant.

En effet, l’objectif général de cette vérification de suivi était de s’assurer de l’état de mise en œuvre des recommandations formulées par la vérification de performance de la gestion de l’Institut d’Ophtalmologie tropicale d’Afrique (IOTA) en 2021.

Aussi, il s’agissait pour le bureau du vérificateur général de vérifier que des mesures adéquates ont été prises et sont d’application effective ; que les progrès obtenus sont satisfaisants.

Les travaux de suivi ont porté sur l’analyse de la situation d’exécution des recommandations ; l’appréciation des mesures prises au regard des dysfonctionnements et irrégularités relevés par la mission initiale.

Selon le VGAL, pendant la période sous revue, les ressources du CHU-IOTA se sont élevées à la somme de 6 391 357 555 FCFA dont 3 394 344 656 FCFA de subvention de l’Etat, soit 53% et 2 997 013 010 FCFA de ressources propres, soit 47%.

Ainsi, l’on apprend que la vérification de performance de la gestion du CHU-IOTA, effectuée en 2021, a relevé des insuffisances qui ont fait l’objet des recommandations adressées au CHU-IOTA et au Ministère chargé de la Santé.

Le taux des recommandations entièrement mises en œuvre est de 40%. Sur 17 recommandations formulées par la mission initiale, six sont entièrement mises en œuvre, six sont partiellement mises en œuvre, trois ne sont pas mises en œuvre et deux sont non applicables.

Donc, le Vérificateur juge que le niveau de mise en œuvre globale des recommandations n’est pas satisfaisant.

Les recommandations non mises en œuvre sont entre autres : le ministre chargé de la Santé n’a pas défini les indicateurs de performance sensibles au genre ; le directeur Général du CHU-IOTA n’a pas procédé à la mise en œuvre des protocoles de recherche ; le Directeur Général du CHU-IOTA n’a pas procédé à l’évaluation de l’efficacité et de l’efficience du CHU-IOTA en matière de prise en charge des urgences avec indication chirurgicale et des malades opérés de cataracte sénile simple.

« Les recommandations formulées par la vérification de performance effectuée en 2021 devraient servir à corriger les lacunes constatées. Il ressort des constatations de la présente mission de suivi que l’IOTA a pris des dispositions pour corriger certaines lacunes relevées. Le taux de mise en œuvre globale de 40% n’est pas satisfaisant. Toutefois, des mesures doivent être prises par le MSDS et le CHU-IOTA pour corriger certaines insuffisances relevées lors de la mission initiale en 2021 qui restent non mises en œuvre et permettent d’améliorer sa performance : la non-définition des indicateurs de performance sensibles au genre par le MSDS ; la non-mise en œuvre des protocoles de recherche par l’IOTA ; la non-évaluation de l’efficacité et de l’efficience de l’IOTA en matière de prise en charge des urgences avec indication chirurgicale et des malades opérés de cataracte sénile simple », a expliqué le Vérificateur général.

Par ailleurs, la mission de suivi des recommandations considère que le MSDS et le CHU-IOTA doivent poursuivre les efforts afin d’aboutir à la mise en œuvre complète de toutes les recommandations afin de mieux améliorer leur performance.

PAR MODIBO KONÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *