A moins d’une semaine du début de Ramadan, prévu pour le 11 mars prochain, les Associations des Consommateurs, savoir : l’ASCOMA, le REDECOMA et l’ALCOM ont affirmé, hier mardi, que le marché est correctement approvisionné en produits de première nécessité et singulièrement en sucre grâce au dispositif mis en place par l’Etat. C’était à la faveur d’un point de presse conjointement animé par les responsables desdites associations à la Maison de la presse.

Il ne fait aucun doute que le mois de Ramadan est, de tout temps, synonyme de hausse des prix et des tensions sur certains produits. A quelques encablures de ce mois sacré, les autorités accélèrent le rythme pour garantir la disponibilité en quantité suffisante et à des prix raisonnables des denrées alimentaires. A en croire les responsables des Associations des consommateurs, le ministère du Commerce est à pied d’œuvre pour l’approvisionnement des marchés en différents produits agricoles, et en matière de stocks stratégiques.

Eu égard à cette pratique peu orthodoxe, les associations des consommateurs ont sollicité et obtenu une séance de travail avec le Ministère en charge du Commerce à travers la Direction Générale du Commerce, de la Consommation et de la Concurrence (DGCC). L’objet de la séance de travail étant de faire le point sur l’approvisionnement du marché en produits de première nécessité pendant cette période cruciale par la communauté musulmane.

« Le marché est correctement approvisionné en produits de première nécessité et singulièrement en sucre grâce au dispositif mis en place par l’Etat. Le dispositif consiste à céder le sucre aux consommateurs aux prix suivants : Sucre local : 600 FCFA/kg ; Sucre importée : 650 F CFA/kg », a déclaré Makan FOFANA de l’ASCOMA, au nom de l’ensemble des Associations de consommateurs.

Pour éviter toute spéculation, M. FOFANA assure que l’Etat a mobilisé 25 000 tonnes de sucre auprès de N Sukala et Sukala.

Le but de cette mobilisation est d’injecter 12 500 T à Bamako et le reste sera réparti entre les différentes régions du Mali, a-t-il relevé.

Ainsi, les magasins de distribution et leurs adresses seront communiqués et les numéros verts mis à la disposition des consommateurs.

La possibilité sera offerte au consommateur de payer un seul sac dans les magasins de distribution. Cette pratique sera une première au Mali.

Pour le strict respect de ce dispositif, les mesures opérationnelles sur place, que voici : 36088 ; et le 36099.

Ces numéros sont gratuits, précise le conférencier qui ajoute que les brigades mobiles appuyées par les forces de sécurité sillonnent les marchés de Bamako et de Kati.

Cette opération bénéficie de l’accompagnement de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM), a-t-il conclu.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *