Le Collectif pour la défense des militaires (CDM) demande la dissolution de la Coordination des Associations et sympathisants de l’Imam Mahmoud DICKO (CMAS). La lettre a été déposée le 19 janvier 2024, sur la table du Ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, Abdoulaye MAIGA, signée par Younouss SOUMARE, président du CDM.

Depuis la ‘’rectification’’, la CMAS de l’imam DICKO et les soutiens de la Transition ne sifflent pas la même trompette et se regardent en chiens de faïence.
L’une des manifestations de cette animosité a été la lettre en date du 12 janvier 2024 du CDM, un soutien à la Transition, informant le ministre Abdoulaye MAIGA que le coordinateur général de la CMAS de l’Imam Mahmoud DICKO avait tenu ‘’des propos anticonstitutionnels contre les autorités militaires de la Transition’’, lors d’une interview accordée à Djoliba TV.
Dans sa correspondance, le CDM précise que Youssouf Daba DIAWARA, coordinateur général de la CMAS de l’Imam Mahmoud DICKO a dénigré les autorités militaires de la Transition sur un plateau de télévision.
« …Youssouf Daba DIAWARA, (coordinateur général de la CMAS de l’Imam Mahmoud DICKO) en date du 06 décembre 2023 lors d’une interview accordée à Djoliba TV dans laquelle, il dénigre les autorités militaires de la Transition », a mentionné le Président du CDM.
Dans sa correspondance, Younouss SOUMARE a signalé au ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation que les propos tenus par le coordinateur général, Youssouf Daba DIAWARA étaient anticonstitutionnels et pénaux vis-à-vis de la République du Mali.
Le CDM a estimé que ces propos, s’ils sont biens qualifiés, pourraient être constituer une cause de dissolution de leur association devant un tribunal compétent.

Par SABA BALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *