Les travaux de la sixième session du Comité national de pilotage du Projet de financement inclusif des filières agricoles au Mali élargie au SD3C (Projet Inclusif/SD3C) se sont tenus, ce mercredi 10 janvier 2024 dans la salle de conférence du ministère de l’Industrie et du commerce. Cette dernière session a été une opportunité de faire des suggestions, des propositions et de recommandations susceptibles d’améliorer les performances jusqu’ici atteintes par les équipes du Projet INCLUSIF/SD3C dans les régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et Mopti.

L’ouverture des travaux était présidée par le représentant du ministre de l’Industrie et du commerce, Boubacar DIALLO ; en présence du représentant du FIDA, Issiaka MAGASSA, Chef de file des PTF ; du Coordinateur national du Projet Inclusif SD3C, Dramane SIDIBE ; de l’ensemble des membres du Comité de pilotage.
Dans son message, le représentant des PTF, Issiaka MAGASSA, a rappelé que le Projet Inclusif/SD3C est une itérative innovante du Gouvernement du Mali accompagnée par FIDA, à travers la coopération Canadienne et Danoise.
Pendant six ans, ce Projet, a-t-il expliqué, à contribuer à accompagner le monde rural structuré pour favoriser son inclusion financière par la mise en place notamment des dispositifs contractuels permettant à notre agriculture d’être beaucoup plus formalisée.
Il ressort de son propos que ce projet qui tire vers sa fin en décembre 2024 fait face à de nombreux défis, parmi lesquels, M. MAGASSA a souligné la stabilisation du partenariat productif ; le maintien de l’inclusion financière des groupes démunis, particulièrement les femmes et les jeunes.
A l’ouverture des travaux, le conseiller technique, Boubacar DIALLO a rappelé que cette session du comité de pilotage, se tient à un monument où le projet s’apprête à s’engager dans la capitalisation de ses résultats. Il s’agira de faire le bilan des réalisations dans les composantes A et B.
« La rencontre qui nous réunit est aussi un espace d’analyse qui devrait permettre au Gouvernement et à ses partenaires dans la mise en œuvre du projet INCLUSIF de tracer les lignes directrices qui orienteront les activités de consolidation des acquis de cette première phase», a-t-il déclaré.
Pour lui, le projet INCLUSIF, entré en vigueur le 9 novembre 2018 pour une durée de 6 ans (02019-2024), a prévu dans son cycle, l’exécution de six programmes annuels de travail régulièrement adossés au Cadre de résultats convenus à sa formulation.
En initiant ce Projet, le Gouvernement du Mali, a-t-il expliqué, avait pour souci de contribuer au relèvement des conditions de vies des populations rurales tout en réduisant la Vulnérabilité des couches défavorisées (jeunes et femmes) par un accès facile aux produits et services des systèmes financiers décentralisés mais aussi en donnant l’opportunité aux acteurs des filières agricoles d’avoir accès au financement.
Dans cette dynamique, a-t-il fait savoir, des résultats forts encourageants et prometteurs ont été engrangés autant sur l’inclusion financière des producteurs ruraux que sur le développement du partenariat productif entre acteurs des filières agricoles.
Il s’agit de la mobilisation par les douze SFD partenaires du projet d’un volume d’épargne de 6 085 142 889 F CFA auprès des groupes démunis de femmes et de jeunes et l’octroi à leur endroit d’un volume de prêt d’un montant total 13 811 197 444 F CFA.
« Ces données statistiques illustrent parfaitement les efforts consentis par le projet pour contribuer au relèvement économique des couches particulièrement vulnérables en milieu rural », a-t-il dit.
Dans la même veine, et en soutien au développement du secteur privé rural, 87 plans d’affaires dans les contractualisations simples ont été financés à hauteur de 3 075 701 774 FCFA.
S’agissant des partenariats 4P, ce sont 113 Organisations de producteurs engagées dans dix-huit partenariats qui ont reçu un financement de 2 698 858 890 F CFA. Les 18 PMEA ont mobilisé un financement global de trois 3 781 479 601 FCFA.
Le projet a, par ailleurs, apporté sa contribution à l’atténuation des effets liés aux contraintes d’accès aux intrants agricoles dans sa zone d’intervention avec un appui de 3 00 tonnes d’engrais organique à 100 organisations paysannes dans les cinq régions d’intervention pour un coût total 471915 000 F CFA.
L’observation et l’analyse de la progression des performances du Projet de 2019 à nos jours indiquent, selon le conseiller technique Boubacar DIALLO, une tendance positive vers l’atteinte des résultats globaux convenus avec nos partenaires (84,30% de réalisation physique globale contre 84,92% d’exécution financière au 30 novembre 2023).
Au nom des plus hautes autorités de notre pays, il a tenu à saluer et remercier fortement le FIDA, le Danemark et le Canada et tous les partenaires qui accompagnent et apportent leur soutien face aux défis multiformes auxquels fait face notre pays.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *