Le Gouvernorat du district de Bamako abrite depuis ce mercredi 11 octobre 2023, un séminaire national d’appropriation et de partages d’expériences sur la coproduction de la sécurité dans un environnement complexe à l’endroit des Comités consultatifs de sécurité (CCS) du district de Bamako et des forces de sécurité. La cérémonie d’ouverture de cette rencontre de deux jours était présidée, hier mercredi, par le Gouverneur du district de Bamako, Abdoulaye COULIBALY ; en présence du coordinateur du projet Just future, Kalilou SIDIBÉ ; du représentant du maire de la CIV, Issa SIDIBE…

Ce séminaire a pour objectif de renforcer les connaissances et compétences des membres du comité consultatif de sécurité du district de Bamako sur la coproduction de la sécurité dans un environnement complexe.
Aussi, il s’agit de présenter aux membres du comité consultatifs de sécurité du district le contexte de la RSS au Mali ; d’expliquer le processus de la réforme du secteur de la sécurité au Mali ; d’expliquer le concept de coproduction de la sécurité ; de faire connaître les rôles et responsabilités des CCS.
Cette rencontre vise également à expliquer l’importance de la participation des femmes et des jeunes dans la gouvernance du secteur de la sécurité ; partager les outils de monitoring de sécurité ; et enfin partager les expériences du consortium ADD et du RENEDEP en matière de contribution au processus de la RSS dans la région de Gao.

Le Coordinateur Kalilou SIDIBÉ a expliqué que Just future était un projet mis en œuvre dans six pays de l’Afrique (Mali, Niger, Burundi, République Démocratique du Congo, Soudan du Sud), et un pays d’Asie (Afghanistan).
Selon lui, ce projet repose sur trois piliers à savoir : la sécurité, la justice et l’inclusion.
« L’objectif est d’impliquer les populations dans la gestion de la sécurité ; rapprocher l’administration de la Justice aux justiciables et une implication dynamique des femmes, des jeunes et des filles dans le processus de réforme du secteur de la sécurité », a précisé M. SIDIBE.
Le Coordinateur a soutenu que c’est dans ce contexte que le réseau africain du secteur de la sécurité, une des organisations du projet Just future, et des partenaires ont décidé, en collaboration avec le Commissariat à la réforme du secteur de la sécurité, d’organiser cet atelier d’échanges et de partages d’expériences avec les membres du Comité consultatif du district de Bamako et les forces de sécurité intérieure.
« L’objectif est de contribuer au processus de coproduction de la sécurité. Cela, d’autant plus que pendant longtemps, la sécurité est restée à ce qu’on appelle la sécurité par le haut. Aujourd’hui, au regard du contexte sécuritaire difficile que notre pays connaît, une volonté politique inébranlable a été engagée dans un processus dynamique depuis 2013. Mais, la volonté de réformer le secteur de la sécurité au Mali date bien avant 2013», a-t-il fait savoir.
Il ressort de son propos que le Mali n’a pas attendu la communauté internationale pour commencer à réfléchir en profondeur sur son secteur de la sécurité et de la défense.
« Aujourd’hui on parle de police de proximité, de police territoriale ou de police territorialisée. En réalité la police de proximité c’est vous. C’est les collectivités territoriales et certains ont pensé que la police de proximité était de faire un double emploi de ce que peut faire la police administrative. Alors que ce n’est pas le cas », a souligné Kalilou SIDIBÉ.
Il a fait savoir que depuis le décret de 2019, le Mali est en train d’expérimenter les comités consultatifs de sécurité.
L’objectif étant de partir de la base pour recueillir les besoins en sécurité des citoyens et leur faire remonter au sommet. Aussi, il s’agit de faire en sorte que les citoyens collaborent avec les forces de sécurité intérieure pour garantir la paix, l’ordre et la sécurité.
Aux dires du coordinateur du Projet Just future, à travers ce séminaire, il s’agit d’échanger avec les membres du comité consultatif du district de Bamako pour mettre en synergie les membres du comité consultatif du district et ceux des régions du nord pour un véritable partage d’expériences et de leçons apprises.
Pour sa part, le Gouverneur du district de Bamako, Abdoulaye COULIBALY, a affirmé que la crise que traverse le Mali a impacté l’ensemble des secteurs, y compris celui de la sécurité, en mettant à mal les moyens et capacités des forces de défense et de sécurité.
C’est pourquoi, le gouvernement, a-t-il fait savoir, a adopté un ensemble de nouvelles mesures en vue de réformer son secteur de la sécurité, tout en s’inscrivant dans la continuité de certains efforts engagés depuis les années 1990.
Enfin, le Gouverneur a rappelé le programme pour la gouvernance partagée de la sécurité et de la paix soutenu par le programme des Nations unies pour le développement.

PAR MODIBO KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *