Dans une note d’information relative au Communiqué de presse de la MINUSMA du 10 octobre 2023 et à la note aux correspondants des Nations Unies du 14 octobre 2023, le gouvernement du Mali invite la MINUSMA à l’obligation de respecter scrupuleusement le plan de retrait et l’invite à inscrire ses actions dans le cadre des dispositions de la résolution 2690.

C’est un euphémisme que de dire qu’entre le Mali et la MINUSMA c’est le désamour. Entre accusations mutuelles et mise au point, la tension ne cesse de monter entre les deux parties. Dans une note en date du 16 octobre 2023, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a exprimé son étonnement et dénonce l’action unilatérale de la MINUSMA, contraire à l’esprit de coordination et de collaboration voulu entre les deux Parties dans le cadre du processus de retrait de la Mission et non conforme au plan de retrait convenu, en ce qui concerne le camp de Kidal.
«Le Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a pris connaissance du communiqué, publié le 10 octobre 2023, par lequel la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) annonce le retrait de ses troupes des postes avancés de Kidal et l’accueil pour des raisons humanitaires, dans son camp de Kidal, ce même jour, de 111 éléments du bataillon des Forces Armées Maliennes reconstitué (BATFAR), dont la sécurisation relève de la Mission jusqu’à l’effectivité du transfert », relève la note.
Selon les termes de ladite note, l’État-major Général des Armées avait sollicité que le retrait des postes avancés de Kidal soit ramené à la même date, suite aux notes verbales: MINUSMA/PROT/NV/0575/2023-OSRSG du 02 octobre 2023 et MINUSMA/PROT/NV/0590/2023 du 07 octobre 2023.
Aussi, la question a-t-elle fait l’objet d’échanges dans la matinée du 10 octobre 2023 entre la MINUSMA et le Gouvernement qui avait demandé un délai de 72 heures afin de réorganiser, voire de réadapter le dispositif d’occupation par les FAMa desdits postes.
«C’est dans l’attente de la réaction promise de la MINUSMA que les Autorités nationales ont été mises devant le fait accompli», a déploré le Chef de la diplomatie malienne.
«Le Ministère condamne la trahison dont ont été victimes les FAMa du BATFAR, de la part des éléments de la CMA dont certains appartenaient au même BATFAR. Groupe signataire de l’accord de paix, la CMA, en violation de ses engagements, sans réaction de la MINUSMA, a encerclé, occupé puis enlevé les matériels et les équipements, tout en pillant le dépôt d’armement et de munitions du Mécanisme Opérationnel Conjoint (MOC)», a critiqué Abdoulaye DIOP.
Pour le ministère, l’enchaînement des événements et la passivité de la MINUSMA suscitent de fortes interrogations sur les intentions réelles des protagonistes et la planification préalable de cette action.
En réponse aux inquiétudes exprimées par les Nations Unies, dans la Note aux correspondants, publiée le 14 octobre 2023, faisant état notamment du blocage à Gao des convois logistiques destinés à récupérer les matériels des Nations Unies et des pays contributeurs de troupes, le Ministère rappelle que la situation sécuritaire dans le Nord du pays est marquée par des attaques terroristes indiscriminées contre les forces de défense et de sécurité maliennes (FDSM), les populations civiles et la MINUSMA. Conformément à leurs missions régaliennes de défense de la souveraineté et de l’intégrité territoriale, les FDSM, a fait savoir le département, répondent vigoureusement avec efficacité, à ces attaques et sont en train de gagner du terrain.
A cet égard, elles poursuivent leur déploiement en vue de l’occupation des camps et emprises de la MINUSMA, conformément aux règles et procédures des Nations Unies.
Depuis l’adoption de la résolution 2690, le Gouvernement, selon le chef de la diplomatie, coopère pleinement avec les Nations Unies, notamment en ce qui concerne les autorisations pour les convois logistiques en appui an désengagement des contingents des pays contributeurs de troupes.
«Les autorisations concernant les convois stationnés à Gao sont considérablement liées à la situation sécuritaire et seront délivrées en fonction des améliorations constatées », a précisé la note.
Enfin, le Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale rappelle à la MINUSMA l’obligation de respecter scrupuleusement le plan de retrait et l’invite à inscrire ses actions dans le cadre des dispositions de la résolution 2690 qui lui instruit la cessation de ses opérations et le transfert de ses tâches en étroite coordination avec le Gouvernement du Mali, au plus tard le 31 décembre 2023.

Par Abdoulaye OUATTARA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *