La phase 6 du projet Kisili a été officiellement lancée ce jeudi 27 juin avec comme ambition d’assister au moins 70 000 individus affectés par la crise sécuritaire. Cette nouvelle phase de deux ans est également financée par le gouvernement américain, à travers l’USAID, avec plus de 10 milliards de FCFA.
La cérémonie a été officiée par le conseiller technique du ministre de la Santé et du développement social, Hamadoun DICKO, en présence de la représentante résidente de Catholic Relief services (CRS), Mme Gladys Guerrier ARCHANGE, ainsi que des responsables de l’USAID.
L’atelier de lancement de cette phase auquel ont pris part des représentants des gouverneurs des zones d’intervention du projet de Mécanisme de Réponse Rapide (RRM) intitulé RRM – Kisili ainsi que les partenaires de mis en oeuvre, consistait aussi à faire le bilan des réalisations de la phase précédente (Kisili 5). Egalement, s’agissait-il de permettre aux acteurs de s’approprier des programmes de la phase 6 et ses innovations.
Nouvelle phase, de nouveaux engagements
Démarré en 2016, cette nouvelle phase du projet kisili de deux ans intervient dans 11 régions du pays en l’occurrence : Bandiagara, Douentza, Gao, Kidal, Koulikoro, Ménaka, Mopti, San, Ségou, Taoudénni et Tombouctou.
L’objectif ultime est d’assister au moins 70 000 individus affectés par la crise sécuritaire et qui se sont déplacés de leur terroir grâce à l’accompagnement financier du gouvernement américain, à travers l’USAID d’un montant de 10 milliards de FCFA, soit une augmentation de 36% comparativement à la phase précédente ayant permis d’assister 174 5017 individus sur une prévision de 129 850 personnes.
« Seules les personnes nouvellement déplacées sont les cibles de cette phase et se trouvant dans le besoin en lien avec les abris, l’eau, l’hygiène et l’assainissement, l’alimentation », a précisé Kassoum OUATTARA, coordinateur par intérim dudit projet.
Selon lui, l’innovation majeure pour la phase 6 porte sur l’intégration du secteur des Moyens d’Existence dont la part représente 3% des 10 milliards, poursuivant que la moitié du budget, soit 53%, est dédiée aux questions des abris, le parent pauvre dans les actions humanitaires.
Le représentant du gouverneur de la région de Ségou, Boureima ONGOIBA, au nom des bénéficiaires, a salué l’assistance apportée aux populations déplacées en raison de crise.
« Je salue également la confiance renouvelée de l’USAID en acceptant de financer la phase 6 du projet Kisili », a félicité M. ONGOIBA, avant de se réjouir de la conduite des phases précédentes dont les résultats, a-t-il apprécié, ont été probants.
Par ailleurs, il dit fonder l’espoir pour la réussite de la phase 6, tout en réaffirmant l’accompagnement des bénéficiaires et des autorités locales pour l’atteinte des objectifs.
« Ce n’est jamais assez de vous dire merci pour votre soutien. Nous sollicitons toujours votre soutien pour accompagner le Mali qui traverse un moment difficile », a indiqué M. ONGOIBA.
Près de 20 milliards de FCFA d’investissement américain pour assister les victimes de la crise
Saluant la contribution financière de l’USAID qui assure la mise en oeuvre du projet Kisili depuis 9 ans, Mme Gladys Guerrier ARCHANGE a affirmé qu’ « A Travers les 5 phases précédentes du projet, CRS et ses partenaires ont effectué au total 276 évaluations rapides et conduis 269 réponses rapides qui ont permis d’assister 96 323 ménages, soit 604 94 individus affectés par la crise sécuritaire au Mali ».
« Ce sont près de 20 milliards de FCFA qui ont été mobilisés par le gouvernement américain pour les 5 phases. Un investissement important qui a permis de sauver des millions de vies au Mali », a indiqué la représentante résidente de CRS.
Pour elle, la force du projet Kisili qui donne du sourire à des victimes de la crise sécuritaire repose sur son mécanisme de réponses rapide et de son ambition de pouvoir assister les déplacées dans un délai de 17 jours à compter de la validation de l’alerte.
« Cette nouvelle phase du projet Kisili est sans nul doute une initiative louable qui démontre l’engagement continu de notre gouvernement et de nos partenaires internationaux envers les populations vulnérables de notre pays surtout en cette période difficile », a souligné pour sa part le conseiller technique du ministère de la Santé, relevant par ailleurs l’importance du projet Kisili pour notre pays confronté à des défis complexes et persistants obligeant des milliers de personnes à se déplacer.
Cependant, selon lui, Kisili ne se limite pas à fournir de l’aide d’urgence, il s’occupe aussi des victimes de la crise humanitaire, des catastrophes naturelles en vue de renforcer leur résilience.
« Nous souhaitons également exprimer notre gratitude envers le gouvernement américain dont le soutien généreux et continu a rendu possible la réalisation de la phase 6 du projet kisili.(…) Leur contribution exemplaire illustre un modèle de collaboration indispensable pour relever les défis humanitaires complexes auxquels nous faisons face », a salué Hamadoun Ali DICKO.
Auparavant, les réalisations du Kisili 5 ont été présentées par Salif DEMBELE, membre de CRS. Il en ressort que plus de 149 000 personnes ont bénéficié de cette phase exécutée sur deux ans. Pendant cette période, il a affirmé que les déplacés internes ont été assistés avec des vivres en nature, des couvertures de nattes, des kits, mais aussi avec le cash.

PAR SIKOU BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *