«Très prochainement, la loi sur les Start-ups sera adoptée dans notre pays». C’est du moins, l’annonce faite ce jeudi 27 juin 2024, par Alhamdou Ag ILYENE, ministre de la communication, de l’économie numérique et de la modernisation de l’administration, lors de la cérémonie de clôture de la 2ème édition de la Semaine du numérique, au Centre international des conférences de Bamako (CICB). Aussi, à l’issue des travaux, des recommandations ont été formulées par les participants venus des pays membres de l’AES.
C’était en présence du ministre de la Transition digitale, des postes et des communications électroniques du Burkina Faso, Dr Aminata ZERBO SABANE et celui chargé de la communication, des postes et de l’économie numérique du Niger, Sidi Mohamed RALIOU.
Dans les recommandations, le directeur national de l’économie numérique a fait savoir que les trois pays (Mali, Burkina Faso et Niger) souhaiteraient promouvoir la signature électronique dans l’AES. L’AES veut également harmoniser les textes et mutualiser les ressources compétentes pour une meilleure réglementation de l’administration digitale.
Aussi, elle envisage d’adopter une réglementation de l’intelligence artificielle dans l’espace AES. Il s’agirait de former et sensibiliser les ressources humaines à l’utilisation de l’intelligence artificielle en particulier les jeunes.
Les pays membres de l’AES s’engagent à Sensibiliser et à informer les citoyens sur les métiers du numérique dans l’espace.
Dans les recommandations, il ressort également que des solutions adoptées aux réalités des pays de l’AES seront développées. L’AES veut informer, former et sensibiliser ses citoyens sur les risques des réseaux sociaux. Elle souhaite renforcer et harmoniser la réglementation de l’utilisation des réseaux sociaux dans l’espace de l’Alliance ; etc.
Dans son discours, Alhamdou Ag ILYENE a expliqué que la 2è semaine du numérique a été un moment de grands débats, d’échanges entre les grands acteurs de l’écosystème du numérique. Il s’est réjoui que ces débats ont permis, à travers les différents panels, de faire entre autres ; l’état des lieux du numérique dans les États de l’AES, la nécessité de règlementer le numérique, le renforcement des capacités humaine et technique , le renforcement de la coopération entre les États de l’Alliance, l’amplification des investissements dans le développement des infrastructures. Il a également souligné la nécessité de mettre en place un mécanisme d’accompagnement des Start-Ups en renforçant la réglementation pour protéger leurs inventions et créations.
Selon le ministre chargé de la communication, les différents panels ont également permis de renforcer la souveraineté du numérique dans les États de l’Alliance en mettant en place une stratégie adaptée et appropriée tenant en compte les réalités de chaque État de l’AES.
Par ailleurs, Alhamdou Ag ILYENE a témoigné que cette Semaine avait également fait place aux Master-classes avec la formation des jeunes sur plusieurs thématiques en lien avec le numérique. Il a signalé que des concours ont été organisés entre les Start-ups pour harmoniser la création et les contenus locaux. A cela s’ajoutent, selon lui, des expositions qui ont permis de magnifier la création et les inventions dans le domaine de la technologie de l’information et de la communication. Le ministre chargé de la Communication, a soutenu que la priorité pour le futur du numérique, c’est la préservation des potentialités de création, d’invention et de développement de ces jeunes. Raison pour laquelle, affirme-t-il, un cadre de suivi sera mis en place pour suivre ces jeunes et très prochainement, la Loi sur les Start-ups sera adoptée pour que les jeunes les plus brillants puissent évoluer dans le domaine du numérique.
Rappelons que le thème de l’édition 2024 de la Semaine du Numérique portait sur le thème : ‘’les TIC comme facteur de résilience face à la crise multiforme dans le sahel : opportunités et défis’’.

PAR SABA BALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *