Le comité syndical UNTM de la mine d’or de Fekola, a déposé, le 22 juin dernier, un préavis de grève de 72 heures, allant du lundi 15 juillet au mercredi 17 juillet 2024. Les syndicalistes de la mine d’or exigent le dégel de certains points d’accords conclus et la prise en compte de ses différentes revendications.
Le comité syndical de l’Union nationale des travailleurs du Mali de la mine d’or de Fekola, a déposé le 22 juin dernier, un préavis de grève de trois jours sur la table de la direction de l’entreprise.
Après consultation de sa base, à l’occasion de l’assemblée générale extraordinaire du 23 mai 2024, les syndicalistes appellent le personnel du site de la mine à Kéniéba et du bureau de Bamako à observer un mouvement de grève, du 15 juillet au 17 juillet, pour exiger le dégel des points d’accords conclus avec la direction et la prise en compte de ses différentes revendications.
Le comité exige notamment l’application stricte des avis syndicaux issus des travaux de la commission paritaire sur les évaluations de performance du personnel» et demande la prise en compte de «l’offre immédiate d’une couverture médicale totale et effective (à 100%)».
Il s’agit aussi de l’élargissement de l’assurance médicale aux marges de différence entre les coûts des produits et prestations médicaux qui demeurent toujours à la charge des employés ; l’inclusion de toutes les prestations médicales et tous produits pharmaceutiques et parapharmaceutiques non-couvert par l’AMO ; l’habilitation de plus de structures sanitaires, de pharmacies et de laboratoires biomédicaux.
Le secrétaire général du comité, Soungalo TRAORE, a demandé dans le préavis, «l’instauration de l’allocation du montant forfaitaire employés par an pour l’accompagnement scolaire, objet de la correspondance Réf : 0033/SYFEK-UNTM/2024 ; la finalisation des travaux de l’accord d’établissement ; l’application scrupuleuse des points restants du procès-verbal de négociations internes du 27 décembre 2023.
Le comité exige aussi la réduction considérable du nombre de personnel expatriés sur Fekola s.a (B2gold Mali), y compris sur les projets de construction.
Les responsables syndicaux exigent par ailleurs «la réinsertion sans condition des employés abusivement licenciés après avis défavorable de l’inspecteur du travail de septembre 2023 à nos jours », ainsi que « l’octroi de contrats à durée indéterminée aux employés occupants des postes permanents ; et la cessation totale de l’emploi du personnel sous contrat des bureaux de placement et le retrait rapide de ces derniers ».
Le comité syndical a rassuré l’administration de sa disponibilité à participer à toute négociation initiée pendant la durée de ce préavis.

PAR ABDOULAYE OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *