Lors de la deuxième édition de ‘’Mali Kura taasira’’, le ministre de la justice, Garde des sceaux et des droits de l’Homme, Mamoudou KASSOUGUE a rassuré que le dossier sur l’affaire des ‘’citernes détournées’’ n’est pas vide affirmant que les enquêtes sont en cours. Il a promis également les responsabilités afin que les auteurs soient punis conformément à la loi.

Lors de l’émission, l’invité du jour, le ministre de la justice, Mamoudou KASSOGUE a coupé court aux rumeurs concernant l’affaire dite de 59 citernes détournées à l’EDM Sa révélation du ministre de la tutelle alors qu’elle s’exprimait sur la difficulté pour la société de servir la population.
Après dénonciation de son collègue de l’énergie, le département de la justice s’est saisi du dossier pour approfondir l’enquête, a rappelé le ministre KASSOGUE, signalant par ailleurs qu’un audit a été déjà effectué.
Selon lui, le temps de la justice n’est pas celui des hommes pressés de voir des inculpés en détention.
« Ce que les gens voulaient, garder des personnes en prison par la justice, le lendemain de la disparition des 59 citernes. Ce n’est pas comme ça que la justice travaille. Elle a mené des enquêtes pour en savoir davantage avant de procéder à des interpellations », a expliqué le ministre de la Justice.
Par conséquent, en se prononçant publiquement sur cette affaire rocambolesque pour la 1ere fois, le ministre Mamoudou KASSOGUE lève toute équivoque sur ce dossier qui demeure en instruction. Selon lui, la justice ne se tranche pas sur les réseaux sociaux sur lesquels circulaient des fausses informations se rapportant au dit dossier. En clair, la justice n’a pas jugé l’affaire vide.
« J’apprends sur les réseaux sociaux que le dossier est vide. Ce n’est pas vrai. Ce que je vais vous dire, le réseau social ne rend pas justice. Les enquêtes sont en cours. Tant que l’enquête n’est pas finie, personne ne pourrait dire que le dossier de l’affaire est vide », a-t-il déclaré.
Puis, il a annoncé que dans les prochains jours, les responsabilités seront situées par la justice.
« Ceux qui doivent être arrêtés, seront mis aux arrêts », a promis le ministre de la Justice.

Par SABA BALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *