L’économiste, Etienne Fakaba SISSOKO, a été jugé ce 6 mai 2024 pour « atteinte au crédit de l’État », « injures » et « propos et nouvelles fausses (…) de nature à troubler la paix publique ».

En cause, un livre publié en décembre dernier dans lequel il dénonçait la propagande de la communication du gouvernement de transition.

Récemment encarté dans un parti d’opposition, le PARENA, Etienne Fakaba SISSOKO, est en prison depuis son interpellation le 25 mars dernier.

Ce lundi matin, son avocat a plaidé la relaxe pure et simple.

« Aucune preuve n’a été apportée de quelconque violation de la loi », « la fausseté des informations n’a pas été démontrée », estime Maître Ibrahim Marouf SACKO.

Selon lui, les passages incriminés dans le livre d’Etienne Fakaba SISSOKO ne font que citer des communiqués officiels, rapporter les propos d’opposants ou exprimer des faits de notoriété publique, comme l’utilisation par les autorités gouvernementales de « videomen » : « Certains activistes sont officiellement recrutés par le Premier ministre, explique encore l’avocat. Nous l’avons prouvé et tout le monde le sait ! »

Durant l’audience, le procureur du pôle anti-cybercriminalité aurait reproché le ton employé dans le livre, empreint de « sarcasme » et de « dérision ».

« Le ton n’est pas un motif d’incarcération ! », s’est indigné l’avocat d’Etienne Fakaba SISSOKO, et de raconter que, durant l’enquête préliminaire, les policiers ont interrogé l’économiste sur ce qu’il pensait de la gestion du pays et du bilan du Premier ministre Choguel MAÏGA.

« Lui reprocherait-on ses opinions ? », s’interroge encore l’avocat.

Enfin sur la forme, Maitre SACKO a souligné que les faits reprochés à son client relevaient, en théorie, du droit de la presse et en aucun cas de la cybercriminalité, alors que c’est devant le pôle spécialisé sur la cybercriminalité qu’Etienne fakaba SISSOKO comparaît.

Ce qui ne relèverait pas, selon l’avocat, de son champ de compétence.

Au regard de ce qui précède, Maître Sacko demande donc la relaxe pure et simple pour Etienne Fakaba SISSOKO, fondant tous ses espoirs en la personne du juge pour « mettre un terme à la persécution » dont il estime son client victime.

Le délibéré a été fixé au 20 mai prochain.

D’ici là, pas de liberté provisoire pour Etienne Fakaba SISSOKO qui continuera d’attendre en prison.

Par Abdoulaye OUATTARA 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *