Dans le souci de contribuer à la réussite de la 25e édition de la quinzaine de l’environnement, SECO-ONG à travers son programme Benkadi a organisé, hier mercredi 12 juin 2024, une conférence-débat sur le thème : «Intégration des changements climatiques dans les PDESC : processus, difficultés rencontrées, solutions proposées». Cette conférence débat qui a eu comme cadre l’amphithéâtre du Parc national était présidée par Abdramane DEME, représentant du ministère de l’Environnement ; en présence de Mory Moussa KONATÉ, directeur exécutif de Seco-ONG…

Le thème a été décortiqué par Abdramane DEME, expert/AEDD ; et Issa BAMBA, chargé de cours au niveau universitaire en développement durable. La modération était assurée par Jean Christophe Magma KONATE, expert en communication et plaidoyer du programme Benkadi de SECO-ONG.

Dans ses mots de bienvenue, Mory Moussa KONATÉ a déclaré que le thème de cette conférence-débat tenait à cœur SECO-ONG et constituait l’une de ses priorités. Il a souligné l’importance de l’intégration des changements climatiques dans les PDESC pour le développement communautaire dans notre pays.

« Le processus rencontre des difficultés alors que l’intégration des changements climatiques et de l’environnement dans les PDESC est nécessaire », a affirmé M. KONATÉ, avant de souligner que cette conférence-débat permettait de recueillir les points de vue des uns et des autres pour renforcer la capacité d’action de SECO-ONG.

Le représentant de l’Agence de l’environnement et du développement durable (AEDD), Hamadoun MAIGA, a affirmé que le thème de cette conférence cadrait bien avec les missions de sa structure.

C’est pourquoi, il a salué cette initiative et les actions de protection de l’environnement de SECO-ONG.

Il a saisi l’occasion pour expliquer que la quinzaine de l’environnement qui est à sa 25e édition était un événement consacré à la communication et à la sensibilisation sur la protection de l’environnement et sur les questions de changement climatique.

Le représentant du ministre de l’Environnement, de l’assainissement et du développement durable, Abdramane DEME, a informé que SECO-ONG était un partenaire privilégié du département.

Selon lui, cette thématique sur l’intégration des changements climatiques dans les PDESC n’était pas une nouvelle chose.

M. DEME a souligné que l’AEDD veillait à l’intégration de la dimension changement climatique dans tous les programmes.

Il soutient que les questions de changement climatique ravissent la vedette à toutes les autres questions environnementales.

Le représentant du ministre a indiqué que cette conférence-débat était une opportunité pour analyser les contraintes qui font que l’aspect environnement n’a pas eu l’envergure souhaitée dans les PDESC.

Dans son exposé, Issa BAMBA a expliqué combien notre pays était vulnérable aux effets des changements climatiques. Selon lui, cette vulnérabilité explique les différentes réflexions menées par SECO-ONG pour trouver des solutions à cette problématique. Il a fait savoir que le milieu rural était plus touché par les effets du changement climatique que le milieu urbain.

« Donc il est nécessaire d’intégrer les changements climatiques dans les PDESC. Pour le faire, il faut d’abord maîtriser certaines approches comme le développement durable, c’est-à-dire un développement qui prend en compte l’avenir. Il faut que les gens soient sensibilisés et formés sur les changements climatiques et qu’ils comprennent que le changement climatique est une réalité », a expliqué le conférencier.

Il a insisté à dire que pour l’intégration des changements climatiques dans les PDESC il faudrait que les acteurs maîtrisent les 17 objectifs de développement durable.

« Le PDESC est à la base, au milieu et à la fin du développement communal. Son élaboration doit intégrer toutes les actions nécessaires. Malheureusement, une bonne partie des PDESC ne tiennent pas compte des Objectifs de développement durable. D’où la nécessité de procéder à leur révision », a recommandé Issa BAMBA.

Comme solutions, le conférencier a souligné que les préoccupations de toutes les couches socio-professionnelles devraient être prises en compte dans le document du PDESC. Aussi, il a mis l’accent sur la résilience et les concertations pour mettre fin aux conflits dans nos communautés ; la valorisation des métiers verts pour protéger l’environnement ; l’utilisation des systèmes hybrides pour l’énergie ; l’utilisation des semences adaptées à nos conditions climatiques ; la combinaison des techniques traditionnelles et modernes d’agriculture…

Pour sa part, Abdramane DEME a ajouté qu’il faut des solutions adaptées pour ne pas créer d’autres problèmes. Il a également affirmé que les changements climatiques pouvaient amener plusieurs maladies.

Parlant de l’importance de l’intégration des changements climatiques dans les PDESC, Abdramane DEME a affirmé que cela était nécessaire pour éviter le pilotage à vue.

PAR MODIBO KONÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *