L’Agence nationale de la météorologie (Mali-Météo) organise une semaine de formation des journalistes sur l’intégration des informations météorologiques et climatiques dans la couverture médiatique au Mali. La cérémonie d’ouverture était présidée, le lundi 8 juillet, par la directrice générale par intérim de Mali Météo, TANDIA Fanta TRAORÉ. C’était en présence du président de l’URTL, M. BOCOUM ; du coordinateur régional du programme WISER, le Dr Issa LELE ; du modérateur Gérard GUÈDÈGBÈ ; et une cinquantaine de journalistes venus de Bamako et de plusieurs localités du pays.
L’objectif de cette formation est de renforcer le partenariat entre Mali-Météo et les acteurs des médias pour produire et communiquer efficacement avec les utilisateurs finaux et aux populations les plus vulnérables et marginalisées, leur permettant d’anticiper et de prendre des décisions qui renforceront leur résilience face à la variabilité climatique et le changement climatique.
Le président de l’URTL, Mamoudou BOCOUM, a affirmé que cette formation sur le traitement des informations météorologiques permettra de mettre une autre corde à l’arc des journalistes pour bien informer les populations. Selon lui, le traitement de l’information météorologique est une matière principale dans le traitement des informations.
Le coordinateur régional du programme WISER, le Dr Issa LÉLÉ, a expliqué que la variabilité et le changement climatique occasionnaient des risques et des incertitudes nouveaux de plus en plus croissants. Il a précisé qu’au Mali les impacts se faisaient déjà sentir et constituaient un autre niveau d’obstacles à la réalisation de conditions de vie productives et sûres pour la plupart des personnes vulnérables et une menace au développement durable.
Il a fait comprendre que les informations climatiques provenant des services météorologiques sont souvent considérées comme scientifiques et incertaines. D’où la nécessité d’impliquer les professionnels des médias pour une meilleure communication des informations météorologiques et climatiques.
« Grâce à cette formation des journalistes, nous espérons renforcer les partenariats entre Mali-Météo et les acteurs des médias afin qu’ils puissent coproduire et communiquer efficacement les informations météorologiques et les services climatiques aux utilisateurs, particulièrement aux populations les plus vulnérables, leur permettant ainsi d’anticiper et de prendre des décisions qui renforceront leur résilience face à la variabilité et au changement climatique », a expliqué le Dr Issa LÉLÉ.
Pour sa part, la directrice par intérim de Mali-Météo, TANDIA Fanta TRAORÉ, a affirmé que les journalistes ont la chance d’avoir pour cette formation quelqu’un qui a un trajet absolument exceptionnel et dont l’autorité et les compétences sont incontestables dans les domaines du climat et du temps en Afrique, à savoir le Dr Issa LÉLÉ.
« C’est beaucoup de chances de l’avoir car il reçoit à la fois plusieurs invitations pour des colloques, des rencontres internationales, en Europe, en Amérique, en Afrique, en Asie, en Antarctique, en Océanie, tant ses avis sont recherchés, tant ses conseils sont suivis », a déclaré la directrice par intérim.
Aussi, a-t-elle fait remarquer qu’au Mali on entendait de plus en plus parler de : canicules, de bulbes de chaleur, de records de températures, de sécheresses, d’inondations, de tempêtes de sable, de vents violents.
Tout au long de cette semaine, dit-elle, vous nous ferez savoir comment cette réalité climatique et ses menaces sont actuellement traduites par vos médias et comment l’améliorer ? Quel lien médiatique avez-vous déjà établi ou pouvez-vous installer entre vos usagers et le dérèglement climatique ? En d’autres termes, comment traitez-vous ces sujets au quotidien et de façon transversale ?
Comment évoquez-vous les solutions à notre portée dans vos paquets informatifs pour augmenter nos leviers d’adaptation et d’atténuation ?
Les spécialistes ont entretenu les journalistes sur les thèmes suivants : la Météo et le développement ; la prévision saisonnière ; la valeur économique de la météorologie ; les outils et les ressources disponibles en matière de prévisions météorologiques ; le rôle des journalistes dans la couverture des phénomènes et données météorologiques ; la variabilité climatique et son impact sur la population et les activités socio-économiques ; les différents types de bulletin ; comment lire les bulletins météo…
Autres temps forts de cette formation ont été des travaux pratiques sur un mini débat sur la météo et ses impacts sur le développement socio-économique ; une table ronde sur le calendrier des semis ; une interview avec des spécialistes de la Météo ; un micro trottoir pour recueillir les avis de plusieurs couches de la société sur la Météo et ses avantages.
Aussi, les journalistes ont aussi visité le studio de production de Mali-Météo et la salle des prévisions. Les responsables ont largement expliqué la chaîne de production et de traitement des données météorologiques jusqu’aux produits finis à mettre à la disposition des populations.

PAR MODIBO KONÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *