En prélude à la célébration de la Journée mondiale de l’eau (JME), la Commission nationale d’organisation a organisé, hier mercredi 20 mars 2024, un atelier d’orientation des journalistes sur la gestion intégrée de la ressource de l’eau et sur l’évolution de la JME ainsi que les perspectives.

Ouvert par Sékou DIARRA, Directeur Nationale de l’Hydraulique (DNH) et président de la commission d’organisation de la JME ; cet atelier d’orientation a été animé par Ousmane Moulaye KIDA, représentant de la société civile et Fadima MAÏGA, directrice de Mandé TV.

L’objectif était de définir le rôle du journaliste, la place centrale de l’information et de la communication dans l’accès Universal de l’eau ; et présenter les différents outils et supports d’information et de communication.

Célébrée chaque 22 mars, le thème international retenu pour cette édition 2024 est : « L’eau pour la paix>>.

Pour M. KIDA, ce thème est également maintenu comme thème national en raison du contexte sécuritaire de notre pays.

Parlant de l’évolution de la Journée Mondiale de l’Eau, Ousmane KIDA a expliqué que le Gouvernement du Mali, à travers le Ministère en charge de l’Eau, avait mis en œuvre des grands chantiers en vue d’atteindre les objectifs fixés en 2015 (OMD) dans le domaine de l’eau.

Ainsi, en 2003, dit-il, la réalisation d’un inventaire exhaustif des points d’eau sur l’ensemble du territoire national, et un Plan National d’Accès à l’Eau Potable (PNAEP) 2004-2015 ont été élaborés. Selon M. KIDA, ce plan prévoyait la réalisation de près de 11. 000 points d’eau potable permettant de passer d’un taux de desserte de 64% en 2004 à un taux de 82% en
2015.

Aussi, à l’agenda de cette journée, le formateur a indiqué qu’une série d’activités de sensibilisation et de plaidoyer en vue de la promotion de la ressource en eau au Mali sera organisée par la CN-CIEPA/WASH, WaterAid, la DNH en collaboration avec les autres acteurs du secteur.

Il a également souligné que lors des différentes célébrations de cette journée, la société civile a toujours porté le plaidoyer sur des points tels que : demander au gouvernement de prendre des mesures exceptionnelles pour sécuriser les sources d’approvisionnement en eau ; garantir les interventions des partenaires dans les zones touchées par l’insécurité ; alloué 5% du Budget national à l’Eau et l’Assainissement conformément aux engagements SWA (Assainissement et Eau pour Tous) etc.

Comme perspectives, il s’agit de maintenir la dynamique de la célébration de la JME et de suivre les recommandations; amener les autorités nationales à développer des alternatives d’intervention pour l’accès à l’eau potable dans les zones défavorisées ou touchées par la crise sécuritaire; amener les Partenaires Techniques et Financiers à accroître leur intervention en faveur de l’accès à l’eau potable au Mali; et de mobiliser l’opinion publique nationale en faveur de l’accès à l’eau potable et la protection de la ressource.

En plus de cela, il s’agit de contribuer à l’accélération de l’adoption finale de la P.N.E ; relever les défis en lien avec les besoins prioritaires des communautés; et assurer le suivi citoyen du service public.

Selon Fadima MAÏGA, les médias jouent un rôle important comme les militaires dans une opération de paix, car ils en sont le bras armé dans le domaine de l’information et de la communication. C’est pourquoi, la plupart des échanges ont porté sur le rôle du journaliste et le traitement de l’information dans la question de l’accès Universal à l’eau.

Signalons qu’en plus de cet atelier d’orientation à l’endroit des hommes de médias, les organisateurs ont animé une conférence de presse sur les activités de la célébration de la journée Mondiale de l’eau prévue pour le vendredi 22 mars au CICB.

PAR AMINA SISSOKO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *