L’association Solidarité pour le Sahel « SOLISA » a été dissout, ce mercredi 17 janvier 2024, par le ministre Abdoulaye MAIGA, chargé de l’Administration territoriale et de la Décentralisation. L’information a été donnée à travers le communiqué du conseil des ministres de ce mercredi.

Étant une association, signataire d’Accord-cadre avec l’Etat, le ministre MAIGA indique avoir fait le constat depuis un certain temps que l’association « Solidarité pour le Sahel » exerce ses activités dans le domaine humanitaire dans la Région de Kidal où elle dispose d’une antenne.

Selon lui, cet acte constitue un manquement aux dispositions de la loi relative aux associations, de l’Accord-cadre et aux dispositions statutaires de l’Association.
Après avoir fait des investigations, le ministre confirme que ladite association est un outil de financement des activités des groupes armés signataires du CSP-PSD, agissant en violation des textes et contre les intérêts de l’Etat et des populations de la Région de Kidal.

Ainsi, pour mettre en œuvre leur volonté de contrôler tous les financements destinés à la région de Kidal, le ministre porte-parole du gouvernement a fait savoir que les groupes armés, ont parfois tué des prestataires humanitaires, détruit et enlevé tous les moyens des autres intervenants humanitaires afin de les obliger à mettre leurs moyens et fonds à la disposition de l’association « Solidarité pour le Sahel ».
« Ces agissements, de nature à contribuer au financement du terrorisme et au blanchiment de capitaux, constituent une menace pour la paix et portent atteinte à l’intégrité du territoire national » a-t-il déploré.
Compte tenu du danger que l’association « Solidarité pour le Sahel » représente, sa dissolution et le démantèlement de ses dangereux réseaux complices s’avèrent nécessaires selon le gouvernement en vue de préserver la paix et l’unité nationale.
Rappelons que dans son alliance avec l’Etat, la SOLISA intervenait dans les domaines de l’agriculture, l’élevage, de l’eau, de l’énergie, de l’éducation et de la Santé dans les Régions de Kayes, Koulikoro, Mopti et Tombouctou.

PAR AMINA SISSOKO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *