Le Secrétaire général du ministère de l’Entrepreneuriat national, de l’emploi et de la formation professionnelle, Drissa GUINDO, a présidé, ce mardi 2 juillet 2024, les travaux de l’atelier technique de lancement du deuxième projet de formation professionnelle, insertion et appui à l’entrepreneuriat des jeunes ruraux (FIER II), qui se déroule du 2 au 5 juiller 2024, au Centre international des conférences de Bamako(CICB). Celui-ci avait à ses côtés, Maazou Oumarou, directeur pays du projet FIDA; Siaka DEMBELE, président du Conseil régional de Segou, ainsi que les participants.
Cet atelier technique, selon les initiateurs, vise à former/initier le personnel clé et les autres cadres du projet sur les règles et procédures du FIDA afin de rendre opérationnelle l’exécution du FIER II.
Maazou Oumarou a fait savoir que le but de FIER 2 est de contribuer à la création de richesses et à la réduction de la pauvreté pour les jeunes ruraux du Mali. Il a souligné que le projet FIER2 visait non seulement à promouvoir l’esprit d’entreprise en milieu rural, mais aussi de faciliter l’intégration économique des jeunes dans les chaînes de valeur agricole et les métiers non agricoles.
Le directeur pays de FIDA a soutenu que son programme ‘’FIER 2’’ intervenait dans les 19 régions du Mali. En premier lieu, témoigne-t-il, dans les zones de concentration de la première phase du projet, pour consolider les acquis engrangés.
Maazou Oumarou a révélé que FIER 2 s’étalerait dans les zones d’extension du reste du pays.
Pour sa part, Drissa GUINDO a fait savoir que cet espoir nourrit par les résultats acquis de la précédente phase du projet FIER était également soutenu par les objectifs de développement du projet FIER II à savoir: «promouvoir l’esprit d’entreprise en milieu rural et faciliter l’intégration économique des jeunes dans les chaines de valeurs agricoles et les métiers non agricoles ».
En tenant compte du nombre de jeunes ciblés, des activités, des outils et des mécanismes prévus pour sa mise en oeuvre, selon le président de séance, le projet FIER II va permettre d’offrir aux jeunes maliennes et maliens issus des zones rurales les plus fragiles, les moins touchées par les actions de développement, des opportunités de développement.
Aussi, soutient-il, le projet FIER améliore l’employabilité des jeunes en milieu rural. Il réduit également la migration des jeunes ruraux vers les villes de l’intérieur et de l’extérieur.
Le secrétaire général, Drissa GUINDO, a déclaré que FIER améliorait et diversifiait la production agricole et améliorait l’état nutritionnel des populations en général, des enfants et jeunes en particulier.
En outre, Drissa GUINDO a signalé que la deuxième phase du projet de formation professionnelle, insertion et appui à l’entreprenariat des jeunes ruraux, travaillerait à rendre l’environnement institutionnel et économique favorable à la promotion de l’entrepreneuriat et de l’emploi des jeunes ruraux; appuyer les jeunes ruraux à générer des revenus décents par un accès durable à des services financiers et non financiers adaptés à leurs besoins et aux exigences du marché.
Il est en parfaite cohérence, selon lui, avec nos politiques nationales de l’emploi et de la formation professionnelle.
Toutefois, le secrétaire général du ministre en charge de l’Emploi a révélé que spécifiquement, les résultats attendus du projet FIER II seraient entre autres : 60 000 jeunes ruraux âgés de 15 à 40 ans, dont 40% de femmes bénéficieront d’une formation professionnelle et/ou d’une insertion économique dans un créneau porteur par l’entreprenariat ou l’emploi salarié.
Par ailleurs, ajoute-t-il, un fonds de garantie financière durable et un fonds de refinancement des systèmes financiers décentralisés sont mis en place : 12 000 activités génératrices de revenus (AGR) et 5 000 microentreprises rurales individuelles sont promues et financées; 40 000 emplois directs créés.

PAR SABA BALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *