Dans le cadre de la Journée Mondiale de l’Eau, qui sera célébrée demain vendredi 22 mars, Afrobarometer a partagé les opinions d’une majorité d’Africains qui déclarent que leur gouvernement fait un mauvais travail en matière de fourniture de services d’eau et d’assainissement. Les enquêtes d’Afrobarometer révèlent que les Africains exigent des mesures de la part de leur gouvernement alors que les problèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement persistent.

En effet, les résultats de l’enquête Afrobarometer, basés sur 53.444 entretiens en face-à-face dans 39 pays africains, montrent que l’approvisionnement en eau et l’assainissement restent des défis majeurs dans la plupart des pays africains, en particulier pour les populations rurales et les ménages pauvres.

Une majorité d’Africains déclarent que leur gouvernement fait un mauvais travail en matière de fourniture de services d’eau et d’assainissement, comme le montre le dernier Profil Panafricain d’Afrobarometer.

Les résultats, basés sur 53.444 entretiens en face-à-face dans 39 pays africains, montrent que l’approvisionnement en eau et l’assainissement restent des défis majeurs dans la plupart des pays africains, en particulier pour les populations rurales et les ménages pauvres.

L’approvisionnement en eau se classe au quatrième rang des problèmes les plus importants que les Africains souhaitent voir résolus par leur gouvernement. Plus de la moitié des citoyens déclarent que leur ménage n’a pas eu suffisamment d’eau potable à usage domestique au moins une fois au cours de l’année précédant, dont environ un quart qui déclarent que cela s’est produit « plusieurs fois » ou « toujours ».

En moyenne, à travers 39 pays, la majorité (61%) des citoyens déclarent que leur gouvernement fait « plutôt mal » ou « très mal » en matière de fourniture de services d’eau et d’assainissement, tandis que seulement 38% donnent des évaluations positives.

Presque six Africains sur 10 (56%) disent que leur ménage a connu une pénurie d’eau potable au cours de l’année précédente, dont 24% qui disent que cette situation s’est produite « plusieurs fois » ou « toujours ».

Les pénuries d’eau potable étaient plus fréquentes dans les zones rurales (29%) que dans les villes (20%), dévoile l’enquête.

L’approvisionnement en eau arrive quatrième parmi les problèmes les plus importants auxquels les Africains veulent que leur gouvernement s’attaque, derrière le chômage, la gestion de l’économie et la santé.

L’eau dépasse tous les autres problèmes au Bénin et au Mozambique, et arrive en deuxième position en Guinée, au Niger, au Congo-Brazzaville, en Tanzanie, au Togo, en Ethiopie et en Namibie.

L’approvisionnement en eau est particulièrement préoccupant pour les habitants des zones rurales et les pauvres, qui souffrent de désavantages majeurs pour tous les indicateurs de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement.

Moins d’un tiers (31%) des ZD sondées disposent de systèmes d’égouts. Les infrastructures d’assainissement varient considérablement selon les pays, allant de moins d’une zone de dénombrement sur 10 au Malawi (5%), au Niger (9%) et au Mozambique (9%) à plus des deux tiers en Afrique du Sud (69%), au Maroc (72%), et en Tunisie (79%).

Un tiers (34%) des répondants disposent de toilettes à domicile, tandis que 39% disposent d’installations à l’extérieur de leur logement mais pas au sein de leur concession. Un sur cinq personnes (19%) dépend de toilettes situées à l’extérieur de leur concession, et 8% déclarent ne pas avoir accès à des toilettes ou à des latrines.

PAR MODIBO KONÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *