Le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla MAÏGA, a rencontré les présidents des partis politiques et de regroupement de partis politiques, ce jeudi 7 mars 2024, au Centre international des Conférences de Bamako afin de les informer sur l’état de la nation marqué notamment par le retrait du Mali de la CEDEAO, le dialogue inter-Maliens.

Pour la circonstance, le Chef du Gouvernement avait à ses côtés, le ministre en charge de la refondation de l’État, chargé des relations avec les Institutions, Ibrahim Ikassa MAIGA; son ministre délégué chargé des réformes politiques et institutionnelles ; Fatoumata Sékou DICKO ; le ministre de la Justice, Mahmoud KASSOGUE. On y notait le maire de la Commune III, DJIRE Mariam DIALLO ; du Président de la délégation spéciale du district de Bamako.
Si plusieurs responsables politiques ont répondu à l’invitation du chef du gouvernement, en revanche, on notait des grands absents comme : Modibo SIDIBE de FARE AN KA WILI ; de Me Mountaga TALL de CNID FASO- YIRIWA TON ; de Bokary TRETA du RPM.
Parlant de la situation actuelle du pays, le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla MAIGA a témoigné que la prise de Kidal était ultra-stratégique pour les autorités nationales tout en soutenant que la plupart des Maliens ne croyaient pas à la reprise de Kidal par les Forces armées maliennes.
En dénonçant l’Accord d’Alger, le gouvernement de la transition sous l’impulsion de Assimi GOITA veut expérimenter le dialogue inter-Malien dont le processus a démarré pour le retour de la paix après une décennie de crise. Le Premier ministre accuse que les différentes rebellions étaient préparées de l’extérieur, en rappelant des velléités des groupes armés qui se sont attaqués aux positions des FAMa.
« On ne va plus vendre notre pays », a-t-il martelé.
De même, le Premier ministre a soutenu que 99% de la population était convaincue qu’il fallait obtenir l’onction de la France pour être élu président de la République.
‘’ Je fais confiance au Président. Des coups ont été montés plusieurs fois pour nous séparer (lui et moi); mais il n’est pas tombé dans le piège. Nous travaillons sous son autorité’’, a déclaré le PM.
S’agissant des FAMa, le Chef du gouvernement a expliqué que les Politiques ont trahi notre armée. Car, a soutenu Choguel, l’armée n’était pas équipée. En revanche, en 2021, la posture des FAMa a changé grâce au nouveau leadership conduit par le président Assimi GOITA.
‘’Je vous jure, celui qui se lève contre cette transition, sera humilié par Dieu. Toute tentative contre cette tradition sera un échec. Sortons des complots », a martelé le Chef du gouvernement’’.
Par ailleurs, sur l’absence de concertation entre le gouvernement et la classe politique, l’orateur du jour se justifie : « On ne vous a pas négligé, mais on ne pouvait pas vous écouter. Je voudrais que vous, responsables des partis politiques, comprenez que, ce n’est pas parce qu’on ne veut pas vous écouter, on n’avait pas les mêmes objectifs. Certains voulaient juste des élections. Nous savions que ces élections, c’était pour nous amener un président fantoche alors qu’on voulait un président élu par les Maliens. Je voulais que vous comprenez ça, on ne vous a pas méprisé, on ne vous a pas négligé ».
Ensuite, il a appelé à l’union sacrée autour du Mali.
Puis, poursuit-il, « Il fallait faire les réformes, imposer un président légitime, nommé par les Maliens. On ne pouvait pas s’entendre pendant ces moments. Il faut qu’on ouvre une nouvelle page. Tout ce qui s’est passé avant, la justice va s’en occuper. Mais, pour le reste, faisons l’union sacrée autour du pays, autour du président de la transition. Tout le monde regarde l’Afrique, tout le monde regarde le Mali. Nous n’avons pas le droit à l’échec. C’est ce que je voulais vous dire. S’il y avait des incompréhensions avant, et que vous avez eu le sentiment qu’on ne vous écoutait, sachez qu’on ne pouvait pas vous écouter. La maison brûlait, on ne va pas passer le temps de demander qui a mis le feu, mais il fallait l’éteindre ».
À l’issue de la réunion, le Président du Parti Espoir pour la démocratie et la République (EDR) , le Pr Salikou SANOGO a expliqué qu’il avait assisté à un cours magistral avec le Premier ministre qui avait informé, selon lui, le chemin parcouru par la Transition.
Concernant la sécurité, le Pr Salikou SANOGO a fait savoir que le PM avait demandé aux Maliens de se serrer la main pour pouvoir avancer sur la protection des personnes et de leurs biens dans notre Pays. Aussi, le Président de l’EDR a révélé que sa formation politique avait soutenu la Transition.
En plus de l’appel du chef du gouvernement, il a aussi souhaité que les Maliens fassent l’union sacrée autour du Président de la Transition.
« Que la Transition fasse aussi que les reformes politiques qui ont été faites, se poursuivent. Car, le pays commence à sortir du problème », a conclu le Président du Parti EDR.

Par SABA BALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *