Le Complexe scolaire Abel Ouattara (CSAO) abrite du 13 au 15 mai, l’examen test du Diplôme d’étude fondamentale (DEF) appelé également DEF blanc. Organisé par le prytanée militaire de Kati, l’objectif de ce test est de permettre aux élèves de se préparer davantage à l’examen proprement annoncé en juin.

Le lancement des épreuves a eu lieu le lundi 13 mai au Complexe scolaire Abel Ouattara (CSAO) sous la présidence du directeur adjoint des écoles militaires du Mali, le colonel major Seydou SOGOBA, qui avait à ses côtés le directeur du centre d’animation pédagogique (CAP) de Kati, Boubacar SINGARE, ainsi que le promoteur du CSAO, Palm Lampo Frédéric Joseph OUATTARA.
Organisé par le Prytanée militaire en partenariat avec 5 établissements dont le CSAO qui abrite les épreuves. L’objectif de cet exercice devenu une tradition pour le prytanée militaire est de préparer les élèves avant les épreuves de l’examen du DEF prévu en juin prochain.
Souhaitant la bienvenue, Palm Lampo Frédéric Joseph OUATTARA, promoteur du CSAO qui porte le nom de son papa, s’est réjoui du choix de la direction des écoles militaires de notre pays sur son complexe scolaire dont la vocation, a-t-il expliqué, est « d’offrir, un cadre d’apprentissage, de diffusion du savoir, du savoir‐faire, et du savoir‐être ».
Inauguré à la veille de la rentrée scolaire 2023-2024, le CSAO, loue son promoteur, est un complexe scolaire, répondant aux normes internationales et surtout, aux besoins de formation, équipé des infrastructures adéquates.
« Nos remerciements aux responsables du prytanée militaire de Kati, pour leur détermination, leurs engagements fermes et sans failles, ainsi que, leurs efforts multiformes et indéfectibles, qui ont permis de concrétiser cet examen blanc, tant attendu. Cet examen a pour objectif de connaitre le niveau des élèves, de rehausser leurs niveaux, et de les permettre d’être aguerri pour affronter l’examen final sur le plan national », a expliqué le promoteur du CSAO.
Pour lui, il était nécessaire d’investir dans l’éducation pour honorer son papa qui était instituteur, mais aussi de contribuer à l’éducation de la jeunesse, l’avenir de la nation malienne.
« Je tiens à remercier les responsables du prytanée militaire pour avoir maintenu cet exercice. Ce DEF blanc permet de donner l’occasion aux candidats de se parfaire, de jauger leur niveau afin de faire un bon examen. L’organisation de cet examen blanc vous facilite le passement au DEF », a ajouté le directeur du CAP de Kati.
Cette édition concerne une centaine de candidats de 6 établissements de Kati. Elle consiste, a rappelé le directeur adjoint des écoles militaires du Mali, de préparer moralement et psychologiquement les élèves avant le jour du DEF.
« Sans excellence, aucun pays ne peut se développer. La Chine en est un exemple. L’éducation est l’une des clés de l’émergence de notre alliance. Le développement passera par l’éducation et la formation des futures générations », a déclaré le colonel-major Seydou SOGOBA.
Selon lui, l’avenir du pays dépend de ses enfants, mais à condition qu’ils se forment, qu’ils soient éduqués. Malgré cette évidence, il a déploré que l’enseignement soit délaissé. Et la situation que le pays vit, commente-t-il, est l’une des conséquences.
Profitant de l’occasion, a-t-il souligné que sans l’Alliance des États du Sahel regroupant le Mali, le Burkina Faso et le Niger, ces trois pays ne peuvent aspirer au développement.

PAR SIKOU BAH

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *