51 affaires sont inscrites au rôle des Assises spéciales de la cour sur les crimes économiques impliquant 181 accusés. Le constat est que pluieurs dossiers sur les crimes économiques ne sont pas concernés. Face à cette situation, l’ancien Premier ministre, Moussa MARA, a réclamé la programmation, sinon les raisons de l’absence de ces dossiers, dont l’ouverture permettra aux incriminés de connaitre leur sort.
Sur sa page X, Moussa Mara a salué, ce mercredi 3 juillet, l’initiative de la session spéciale de la Cour d’Assises sur les questions de corruption et de crimes à caractère économique ou financier qui se tient à partir de cette semaine et les deux prochains mois.
Selon MARA, avec beaucoup d’arrestations et de détentions avant jugement, notre pays a surtout besoin d’organiser rapidement les procès permettant la culpabilité ou l’innocence des personnes incriminées.
À cet effet, il a signalé que les dossiers majeurs comme celui de l’avion présidentiel ou des achats d’armes, qui sont pourtant beaucoup plus anciens que la plupart de ceux inscrits au rôle de la session, n’ont pas encore été programmés.
« Je demande aux autorités judiciaires de communiquer sur les raisons de ce fait », a réclamé Moussa MARA, tout en rappelant que des personnalités attendent depuis plusieurs années de connaitre leur sort dans ces dossiers.
Ainsi, il a encouragé les responsables de la transition à faire en sorte qu’aucun dossiers de justice, et encore moins les plus significatifs aux yeux des maliens, ne demeure non jugé !

PAR AMINA SISSOKO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *