Après la France et les USA, l’Allemagne se prépare à son tour de retirer ses militaires déployés au Niger à partir du 31 août consécutif aux désaccords sur des clauses de l’accord militaire.

La Bundeswehr va en effet cesser d’exploiter sa base de transport aérien au Niger le 31 août, les négociations avec le régime militaire de ce pays du Sahel ayant échoué, a indiqué samedi le ministère allemand de la Défense. La coopération militaire avec le Niger, mise en oeuvre par le ministère allemand des Affaires étrangères, sera également abandonnée.
Fin mai, l’Allemagne et le Niger avaient convenu d’un accord intérimaire permettant à la Bundeswehr de continuer à exploiter sa base de transport aérien à Niamey jusqu’au 31 août. Cependant, les négociations entre les deux pays pour prolonger cette présence n’ont pas abouti, butant notamment sur le fait que le personnel stationné ne pourrait plus bénéficier d’immunité contre des poursuites judiciaires. Ces derniers temps, seuls 38 soldats de la Bundeswehr étaient présents sur la base, auxquels s’ajoutaient 33 contractors de firmes allemandes et étrangères. Cette base réduite pouvait notamment servir à des opérations d’évacuation de ressortissants allemands en Afrique.
Qu’est ce qui n’a pas marché ?
Les autorités nigériennes a, a priori, refusé d’accorder au personnel militaire allemand une immunité contre d’éventuelles poursuites judiciaires au titre de statut des forces à l’étranger (SOFA), Berlin a décidé de couper court aux discussions… et donc de mettre un terme à la coopération militaire avec la Niger. Celle-ci concerne non seulement la base aérienne mais aussi la formation de l’armée nigérienne par les forces spéciales allemandes [mission « Gazelle »], selon le site Zonemilitaire.
« La Bundeswehr va abandonner sa base de transport aérien au Niger, |…] Ce faisant, elle tire les conclusions de l’échec des négociations sur l’immunité juridique de ses soldats. La base de Niamey devrait être fermée d’ici le 31 août », a en effet récemment indiqué le gouvernement allemand au Bundestag [chambre basse du Parlement]. Il a aussi été « décidé de ne pas poursuivre les projets de coopération militaire dont les ministères de la Défense et des Affaires étrangères sont conjointement responsables », a-t-il ajouté.

PAR SABA BALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *