L’Autorité de régulation des marchés publics et des délégations de services publics (ARMDS) a formé, du 26 février au 1er mars, au siège de l’ASECNA, des cadres du ministère des Transports et des infrastructures sur la gestion des marchés publics. L’ouverture des travaux était co-présidée par le ministre des Transports et des infrastructures, DEMBELE Madina SISSOKO, et le président de l’ARMDS, Alassane BA.

Après les mots de bienvenue du Maire de la Commune VI du district de Bamako, le président de l’ARMDS a remercié madame le Ministre pour la mobilisation de ses agents lors de cette présente session qui marque le démarrage des activités de formation de l’ARMDS au titre de l’année 2024.
« Cette cérémonie et les sessions de formation qui suivront s’inscrivent exactement dans la mise en œuvre de notre programme de formation pluriannuel, en réponse aux dysfonctionnements constatés dans la pratique de la gestion des contrats de la commande publique dans notre pays », a expliqué le président de l’ARMDS. Il a rassuré que l’ARMDS veillera particulièrement tant sur la qualité des modules dispensés que sur l’assiduité des participants.
Le président de l’ARMDS a affirmé que l’ambition de sa structure, à moyen terme, était le positionnement stratégique du Mali dans la sous-région voire en Afrique en matière de maîtrise des textes et outils de gestion de la commande publique.
« Notre pays a donc besoin de chacun de ses fils, qu’ils soient de l’administration publique, du secteur privé, de la société civile, ou des collectivités territoriales pour un meilleur assainissement du secteur de la commande publique, socle du développement d’un État. Dans cette optique, il faut noter que ni la volonté ni l’engagement seul ne suffisent pas ; il faut passer forcément par la maîtrise des textes et des outils de la commande publique d’où toute l’importance des présentes sessions de renforcement des capacités techniques et professionnelles des acteurs que vous êtes », a déclaré le président BA.
Il rappellera que la gestion des contrats est l’aboutissement d’une bonne préparation et d’un bon déroulement de la procédure de passation de la commande publique.
«L’objectif premier de la gestion des contrats est de garantir la livraison dans les délais conformément aux conditions contractuelles convenues des biens et des services de qualité et en quantité suffisante », a précisé le président de l’ARMDS, avant de souhaiter que l’enjeu de la formation soit bien compris et que chaque participant s’investisse suffisamment afin de tirer le meilleur possible du chevronné facilitateur, un produit cent pour cent malien.
Pour sa part, madame le ministre ajoutera que l’objectif général de la formation est de renforcer les capacités des cadres du département, impliqués dans le cycle des marchés publics et des délégations de service public, pour une meilleure appropriation des textes et une gestion efficace des deniers publics.
« Il est primordial de doter les participants des aptitudes nécessaires pour gérer efficacement toutes les phases du contrat », a insisté madame le ministre.
« Malgré tant d’années de pratique, la quasi-totalité des services du département connaissent des difficultés d’appréhension des règles, procédures et pratiques, qui impactent la qualité des documents de passation des marchés, le suivi de l’exécution et la gestion des différends qui en résultent », a reconnu madame le Ministre.
Selon elle, ces difficultés rencontrées par ses services techniques s’expliquent par la faible appropriation du droit et de la pratique des marchés publics. En conséquence, dit-elle, de nombreuses solutions ont été préconisées, dont le renforcement des capacités des acteurs intervenant sur la chaîne des marchés publics.
A la fin du séminaire qui a été marqué par la remise des attestations et une panoplie de documents sur la gestion des marchés publics, le président de l’ARMDS s’est dit convaincu que les participants sont désormais mieux outillés pour mettre à profit les acquis de la formation pour plus d’efficacité, d’efficience et de transparence dans leurs différentes interventions.
Le président BA a paraphrasé Louis Pasteur qui disait : « Ce n’est pas la profession qui honore l’homme, mais c’est l’homme qui honore la profession ». Enfin, il a pris l’engagement que les multiples préoccupations soulevées par les participants feront l’objet d’une analyse approfondie de la part de l’ARMDS dans le cadre de l’amélioration continue de la réglementation nationale sur la commande publique dans notre pays.

MODIBO KONÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *