Après les camps d’Ogossagou, Ber, Goundam et celui du Menaka, la Minusma a officiellement rétrocédé, ce samedi 21 octobre 2023, le camps de Douentza et celui d’Amachach de Tessalit. Avec cette remise, la Minusma entame officiellement la seconde phase de son retrait qui doit s’étaler jusqu’au 15 décembre de cette année. Cette seconde phase doit concerner la rétrocession de six bases : Tessalit, Aguelhok et Kidal, au nord ; Douentza et Mopti, au centre ; et Ansongo à l’est.

Le camp de Douentza a été rétrocédé aux autorités de notre pays représenté par Abou Diarra directeur de cabinet du gouverneur de Douentza, en présence du commandant du secteur 4, Colonel Abdoulaye TRAORÈ. Quant à celui de Tessalit, il y a eu une rétrocession provisoire aux FAMa, en attendant la cérémonie officielle qui aura lieu la semaine prochaine.
Le dernier convoi terrestre de la Minusma composé essentiellement par le contingent tchadien (les FATIM, auxquelles il faut rendre hommage) a quitté dans l’après-midi de ce samedi 21octobre 2023 à Tessalit pour Gao, laissant le sort de la localité désormais aux FAMa. Sur le chemin du retour dans leur patrie après 10 ans au secours de notre pays, ces Forces armées tchadiennes en mission internationale du Mali (FATIM) seront rejointes par les casques bleus tchadiens de la localité d’Aguelok avec lesquelles elles feront chemin jusqu’à N’Djaména.
De nombreux soldats du contingent tchadien ont été rapatriés directement à Ndjamena à bord d’avions affrétés par leur pays.
Pendant ce temps, les autres contingents présents à Tessalit, tels que l’équipe népalaise de neutralisation des explosifs et munitions (EOD), les ingénieurs cambodgiens et l’unité de services et de gestion de l’aérodrome bangladaise, sont tous partis à bord d’avions des Nations unies. Le personnel restant est parti dans un dernier convoi terrestre en direction de Gao le 21 octobre 2023, mettant fin à la présence de la mission à Tessalit.
Après 10 ans de cogestion, les Forces armées maliennes (FAMa) ont repris enfin ce samedi 21 octobre 2023 le contrôle de l’emblématique camps militaire d’Amachach de Tessalit.
La fin de la mission des Nations Unies à Tessalit a été marquée par un cérémonial militaire sobre, notamment le rappel des drapeaux de l’ONU et du Tchad, suivi de la montée des couleurs nationales, en attendant la cérémonie officielle qui aura lieu dans quelques jours entre la Minusma et les autorités civiles, à savoir le gouverneur de Kidal ou son représentant. La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) expliquant ce retrait ‘‘précipité’’ par le ‘‘contexte sécuritaire extrêmement tendu et dégradé, mettant en danger la vie de son personnel…ayant dû se réfugier dans des bunkers à plusieurs reprises en raison de tirs, y compris le 19 octobre lorsqu’un C130 de la MINUSMA a été touché à l’aile alors qu’il atterrissait à Tessalit’’.
La fermeture du camp de Tessalit marque le premier retrait de la mission onusienne de la région de Kidal et constitue la sixième base rétrocédée aux autorités de notre pays en vertu de la résolution 2690 du Conseil de sécurité, qui a mis fin au mandat de la MINUSMA le 30 juin 2023. Toutefois, il faut noter qu’avant son retrait de Tessalit, la Minusma a désactivé et/ou mis hors service des équipements de valeur, tels que des véhicules, des munitions, des générateurs et d’autres biens, parce qu’ils ne pouvaient pas être retournés aux pays contributeurs de troupes auxquels ils appartenaient, ou redéployés vers d’autres missions de maintien de la paix des Nations Unies.
Rappelons que la première phase des transferts des emprises de la Minusma à l’armée malienne s’est déroulée du 17 juillet à 25 août au cours de laquelle quatre (4) camps de la mission ont été rétrocédés à l’armée malienne dans les régions de Bandiagara, Tombouctou et Menaka. Pour le reste de la séquence, si le Gouvernement malien est ouvert au dialogue pour régler pacifiquement les questions ponctuelles qui se posent à la Minusma, notamment à l’égard de ceux qui ont pris les armes et déclaré la guerre au Mali, il tient au respect strict des délais convenus pour le transfert des camps de Tessalit, d’Aguelhok et de Kidal à l’État du Mali. Notre pays n’envisage aucun compromis avec les terroristes et aucune prolongation de délai du départ de la Mission au-delà de la date du 31 décembre 2023, selon une récente déclaration du Premier ministre, le Dr Choguel Kokalla Maïga.

La rétrocession des camps de la MINUSMA aux FAMa est un symbole de notre souveraineté retrouvée. C’est une étape importante vers la gestion de notre propre sécurité. Le Mali avance avec confiance vers un avenir où nous sommes les gardiens de notre sécurité, de notre destin et de notre propre souveraineté.
En tout cas, depuis que les forces de défense et de sécurité ont entamé leur progression pour la restauration de l’intégrité territoriale et l’occupation de tous les anciens camps de la Minusma les attaques djihadistes et rebelles ont diminué, voire presque cessé (en tout cas depuis Anefis). Ce qui dénote clairement qu’il y a bien une corrélation entre djihadistes et rebelles; et aussi paradoxale que cela puisse paraître, l’armée est plus en sécurité étant en mouvement qu’installée dans les camps.

PAR MODIBO KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *