En collaboration avec l’Association malienne pour la solidarité et le développement (ONG AMSD), la Coordination des organisations paysannes (CNOP) a organisé la 3ème édition du week-end bio, dans la commune rurale de Kalaban-coro.  Le week-end « Bio », selon les initiateurs, vise à promouvoir et à valoriser dans leur diversité, les produits agro écologiques et biologiques dans un contexte de système alimentaire durable.

La cérémonie d’ouverture des activités a eu lieu, ce samedi 23 mars 2024, sous la présidence du Secrétaire général du ministère de l’Agriculture, Oumar TAMBOURA, également représentant du ministre de l’Agriculture. Celui-ci avait à ses côtés, le Coordinateur du CNOP, Zoumana KANTA ; le représentant de l’ONG AMSD, Amidou DIAWARA ; etc. On y notait également la présence des cultivateurs et des transformateurs venus des régions du pays.

En campant le décor, le coordinateur de la CNOP, Zoumana KANTA a fait savoir que l’agroécologie paysanne a été co-définie au Mali par un large panel d’acteurs réunis par sa Coordination des Organisations paysannes en 2017, à Sélingué.

Selon Zoumana KANTA, cette définition de l’agroécologie faisait référence à des systèmes alimentaires et agricoles tournés vers l’agriculture familiale et la souveraineté alimentaire ; et qui repose sur la sécurisation des ressources naturelles.

A cet effet, le Coordinateur de la CNOP a parlé de la sauvegarde de la bio diversité génétique des patrimoines cultivés, de la valorisation du rôle des femmes et des jeunes, de la promotion des systèmes alimentaires locaux ; de l’action collective et le développement de politiques publique favorable à l’agroécologie…

Cependant, aux dires de Zoumana KANTA, plusieurs obstacles empêchent l’institutionnalisation de l’agriculture écologique et biologique dans les politiques publiques au Mali.

Parmi ces obstacles, il a cité entre autres : la reconnaissance politique de l’agroécologie et biologique comme une alternative crédible pour les systèmes alimentaires durables actuels ; l’accès aux financements adéquat pour promouvoir l’agroécologie et biologique et sa mise à l’échelle.

Par ailleurs, les difficultés d’accès aux différents facteurs de production (la terre, l’eau, les semences, les intrants organiques…), les problèmes d’organisation des marchés territoriaux des produits agro écologique et biologique ; la non disponibilité de données fiables sur l’évolution de l’agroécologie et biologie et ses impacts multidimensionnels induisant la faiblesse de l’appui à la recherche, sont également aux nombres des défis auxquels font face le secteur.

Pour terminer, le coordinateur de la CNOP a fait savoir que ces différents obstacles devraient être levés pour accélérer l’institutionnalisation de l’agroécologie et biologie dans les politiques publiques au Mali, dans les curricula de l’éducation, et la promotion de la formation professionnelle.

En procédant au lancement officiel des activités, Oumar TAMBOURA a expliqué que ce week-end bio était une occasion pour les populations maliennes en générale et des bamakoises en particulier, d’acquérir les produits alimentaires saints et de très bonne qualité.

Pour M TAMBOURA, des efforts doivent être réalisés pour assurer la sécurité alimentaire, et nutritionnelle d’une population de plus en plus en plus croissante à travers une utilisation rationnelle et optimale des ressources en eau, des terres, des intrants agricoles dans le plus grand respect de l’environnement.

Ainsi, il a rappelé que depuis plusieurs années, le ministère accompagnait les agriculteurs dans la subvention des intrants agricoles.

Pour preuve, le secrétaire général du ministère de l’Agriculture a affirmé que 60% du budget qui était prévu pour la subvention des intrants agricoles lors de la campagne 2023, a été affectée aux engrains organiques.

Cela prouve à suffisance, selon M. TAMBOURA, la volonté ferme des autorités nationales de faire la promotion des produits organiques naturels pour pouvoir assurer notre sécurité alimentaire et nutritionnelle

A signaler qu’au cours de la cérémonie d’ouverture, un panel sur : ‘’Comprendre les enjeux de la transition agro écologique ‘’ a été animé par le représentant de la plateforme agro écologique, le Pr Amadou COULIBALY et les représentants des associations des consommateurs du Mali ASCOMA. Enfin, la visite des stands des produits locaux a été également un des temps forts de cette activité.

Par SABA BALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *