Après le licenciement d’Eric Sékou Chelle et les dernières révélations sur les conditions de vie des Aigles, la crise du football malien bat plus que jamais son plein. Pour cause ! L’affaire de boycott de la sélection nationale par les Aigles internationaux vient de connaître un nouveau rebondissement. Dans une correspondance en date du 24 juin, la Fédération malienne de football (FEMAFOOT), vient d’adresser une lettre d’explication au capitaine des Aigles «A», Hamari TRAORÉ, lui intimant de s’expliquer sous 48 heures.
Suspendu pour la rencontre en Afrique du Sud face au Madagascar (0-0) le 11 juin dernier, le capitaine Hamari TRAORE n’avait pas hésité à se plaindre, sur ses réseaux sociaux, des dirigeants de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT).
Plaidant la cause de ses coéquipiers, le capitaine des Aigles avait décrit une “nouvelle situation chaotique” en s’en prenant à l’instance dirigeante du football malien.
«Nos dirigeants doivent prendre leurs responsabilités, nous écouter et comprendre l’enjeu capital de la préparation de ces matchs, ô combien importants pour notre peuple», avait-il critiqué.
Dans la foulée, le latéral droit du Real Sociedad (Liga) a également publié, avec ses coéquipiers, une menace de boycotter le prochain rassemblement “si la situation reste inchangée.”
«Nous sommes des joueurs, mais nous sommes aussi des humains», avait-t-il fustigé sur ses réseaux sociaux juste avant la rencontre face aux Malgaches, dont le déplacement avait été particulièrement laborieux.
Ces coups de gueule pourraient cependant lui coûter cher…
Le comité exécutif de la FEMAFOOT a en effet convoqué, pour une “demande d’explication“, l’ancien Rennais, qui pourrait payer plus cher que les autres en raison probablement de son statut de capitaine.
Ces derniers temps, la FEMAFOOT lui reproche ses sorties intempestives sur les réseaux sociaux par rapport à cette crise que traverse le football malien depuis la défaite contre le Ghana à Bamako et le match nul contre le Madagascar en terre sud-africaine.
«Ils nous revient avec insistance que vous faites des publications sur les réseaux sociaux par rapport à la vie interne de l’équipe nationale du Mali malgré notre communiqué de mise en garde.
Par conséquent, nous vous invitons à vous présenter devant la Comité Exécutif sous 48 heures », écrit l’instance dans son communiqué rédigé à Bamako ce lundi 24 juin.
Reste à savoir quelle sera la sanction éventuelle pour Hamari TRAORÉ et à savoir si le joueur, actuellement en vacances, sera en mesure de répondre à cet ultimatum dans le délai imparti.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *