C’est un Commandant en chef comblé et optimiste qui, en cette veille du 63e anniversaire de la commémoration du 20 janvier, s’adresse aux forces de défense et de sécurité et au Peuple du Mali. En effet, cela faisait longtemps, très longtemps que le Mali n’avait pas fait de 20 janvier dans l’unicité territoriale, de Kayes à Kidal. Cette année, grâce à la vaillance et à l’engagement patriotique de nos FAMa, notre pays relève le défi : celui de la ‘‘reconquête de l’intégrité territoriale du pays et du plein exercice de notre souveraineté sur l’ensemble du territoire National’’.
C’est légitimement que le président de tous les Maliens, au nom du peuple malien, a exprimé sa satisfaction, sa fierté et son soutien total aux forces de défense et de sécurité pour leur engagement patriotique et leur professionnalisme dans la conduite de leur mission au service de la nation. Et la délivrance du 14 novembre.
A ceux qui nous avaient dit que c’était une mission vouée à l’échec, la réponse des FAMa a été : nous gagnons le challenge par nos propres moyens et dans le strict respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire.
Le président de la transition, le colonel Assimi GOÏTA a salué les efforts du gouvernement qui ont porté d’une part sur l’accroissement des capacités opérationnelles et l’acquisition d’équipements au profit des armées et services (dotation des FAMa en plusieurs véhicules tactiques de combat, engins blindés, avions, hélicoptères et drones). Toutes choses qui ont permis aux FAMa d’être autonomes et d’opérer en toute efficacité et professionnalisme.
La commémoration des 63 ans de l’armée a été l’occasion pour lui de ‘‘réaffirmer la ferme volonté du gouvernement de la transition de maintenir à un niveau élevé les efforts engagés en faveur de la défense et de la sécurité’’.

Pour la sortie progressive de cette longue crise multidimensionnelle qui a profondément affecté tous les segments de notre société au regard de l’ampleur du phénomène du terrorisme et en raison de son caractère transfrontalier, le Mali s’est engagé avec le Niger et Burkina dans l’Alliance des états du Sahel (AES). Celle-ci traduit la volonté de faire face à un ennemi commun à travers la mutualisation des moyens avec comme état final recherché la conduite et la poursuite efficiente des opérations conjointes.
Très prospectif, le président de la transition, le colonel Assimi GOÏTA estime qu’au-delà de la restauration de l’intégrité territoriale, le défi majeur qui reste à notre peuple de relever est celui de la refondation de l’État. Il s’agit, a-t-il dit, d’une ‘‘œuvre de conviction, un idéal qui doit structurer le comportement au quotidien de chaque citoyen. Sa réalisation ne sera possible que dans un environnement apaisé et sécurisé’’.
Voici la transcription intégrale du discours à la nation du président de la Transition, Son Excellence le colonel Assimi GOÏTA à l’occasion du 20 janvier 2024

Officiers
Sous-officiers,
Militaires du rang,
Mes chers compatriotes

Demain 20 janvier 2024 notre peuple, en communion avec nos forces de défense et de sécurité, célèbre le 63e anniversaire de la création de notre armée nationale. À cette heureuse occasion, il me plaît de saluer la mémoire combattante du président Modibo Keita et de ses illustres compagnons, civiles et militaires, qui, en véritables visionnaires, ont forgé une armée nationale pour soutenir le process processus d’émancipation du pays, assurer la défense du territoire ainsi que la protection des populations et des intérêts vitaux de la République naissante du Mali.

Depuis cette date, les forces de défense et de sécurité, garantes de la tradition et la modernité écrivent les pages les plus glorieuses de notre histoire contemporaine au prix d’énormes sacrifices.
Je voudrais saluer en cette circonstance la mémoire de nos défunts frères tombés au champ d’honneur et réitéré à leur famille ma solidarité et ma compassion. Aux blessés parmi nous, j’adresse mes vœux de prompt rétablissement et exprime une pensée pieuse aux otages militaires et civils.

Officiers
Sous-officiers,
Militaires du rang,
Mes chers compatriotes,

La commémoration de la fête de l’armée, qui est un des symboles fédérateurs de notre peuple, aura lieu cette année sous le signe d’une mission accomplie : celle de la reconquête de l’intégrité territoriale du pays et du plein exercice de notre souveraineté sur l’ensemble du territoire national.
Vous vous rappelez qu’à l’occasion des Assises nationale de la refondation et de la grande mobilisation du 14 janvier 2022, désormais commémoré comme la journée nationale de la souveraineté retrouvée, le peuple avait exprimé comme priorité absolue la reconquête de l’intégrité du territoire, le rétablissement de la paix, de la sécurité et la stabilité dans le pays.
Cette mission que de nombreuses voix considéraient comme étant au-dessus de nos moyens est aujourd’hui presque entièrement accomplie par nos forces de défense et de sécurité avec nos ressources propres et dans le strict respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire.

Ce succès, faut-il les rappeler, résulte de l’application rigoureuse dans le plan d’action du gouvernement de la volonté politique largement exprimée par le Peuple malien. En plus de la poursuite des réformes indispensables engagées au profit des forces de défense et de sécurité, les efforts du gouvernement ont porté d’une part sur l’accroissement des capacités opérationnelles à travers l’augmentation des effectifs et l’amélioration des conditions de vie et de travail des militaires. D’autre part par l’acquisition d’équipements au profil des armées et services pour la préparation et le maintien en condition opérationnelle des troupes.
Ainsi 2023 a vu la consolidation des recrutements ordinaires et spéciaux de même que le lancement de nouvelles vagues de recrutement dans toutes les branches des forces de défense et de sécurité.

En parallèle, les programmes de formation, d’entraînement et de préparation opérationnelle des forces ont été adaptés au contexte. Le renforcement des capacités aériennes et terrestres a été assuré par la dotation des FAMa en plusieurs véhicules tactiques de combat, engins blindés, avions, hélicoptères et drones ; en mettant l’accent sur l’aptitude à opérer en autonomie.

La réussite de la sécurisation du référendum du 18 juin 2023 et de la biennale artistique et culturelle à Mopti en est une illustration. Le renforcement des infrastructures a connu un essor particulier avec l’ouverture de sentiers des camps militaires dans les localités de Bougouni, Kita, Diéma, San et Koutiala et avec la fortification des emprises sur le champ des opérations.
De plus, le démarrage de la construction des logements au profil des forces de défense et de sécurité ainsi que la revalorisation des états-majors par la mise à disposition des postes de commandement ultramodernes contribuent à l’amélioration du cadre de vie des hommes et de leur famille de même que leurs conditions de travail.

L’inauguration prochaine de l’hôpital militaire de Banankoro est un atout essentiel et un témoignage de notre profonde gratitude envers nos militaires blessés mais aussi constitue une opportunité pour nos compatriotes qui bénéficieront des soins de qualité tout en réduisant les évacuations sanitaires au coût exorbitant.
La militarisation de la police nationale et de la protection civile a été une des réformes déterminantes dans la transformation du corpus doctrinal des forces de défense et de sécurité.

L’adoption du statut de la réserve et d’autres textes sur les armées et services s’inscrivent dans cette dynamique qui vise à harmoniser et à fortifier la doctrine d’emploi des forces tout en garantissant une disponibilité accrue et une capacité de mobilisation à la hauteur du défi.

Je voudrais saisir l’occasion qui m’offre la commémoration des 63 ans de notre armée pour réaffirmer la ferme volonté du gouvernement de la transition de maintenir à un niveau élevé les efforts engagés en faveur de la défense et de la sécurité.

Officiers
Sous-officiers,
Militaires du rang,
Mes chers compatriotes

Le résultat acquis nous rappelle l’héritage des pères fondateurs de notre nation et le sacrifice des milliers d’hommes de femmes, civiles et militaires, qui se sont vaillamment battus pour que notre pays soit ce qu’il représente aujourd’hui : un pays libre et souverain, ancré dans ses valeurs morales, spirituelles et socioculturelles avec des communautés interdépendantes qui vivent dans la diversité et en harmonie.
A cet égard, la fête de l’armée demeure pour notre peuple un exercice de souvenir essentiel destiné à pérenniser notre glorieux passé afin que les sacrifices consentis restent toujours vivaces dans la mémoire collective des Maliens.

C’est également une occasion toujours renouvelée pour notre peuple de témoigner sa reconnaissance à nos forces de défense et de sécurité pour le combat et les sacrifices qui ont abouti à la libération de la patrie.
C’est donc légitimement que je voudrais au nom du peuple malien exprimer ma satisfaction, ma fierté et mon soutien total à nos forces de défense et de sécurité pour leur engagement patriotique et leur professionnalisme dans la conduite de leur mission au service de la nation.

Officiers
Sous-officiers,
Militaires du rang,
Mes chers compatriotes

Notre pays sort lentement mais progressivement de cette longue crise multidimensionnelle qui a profondément affecté tous les segments de notre société au regard de l’ampleur du phénomène du terrorisme et en raison de son caractère transfrontalier.

L’Alliance des États du Sahel concrétise notre fraternité d’armes avec le Burkina Faso et le Niger face à un ennemi commun. Dans un cadre intégré, formel et permanent elle facilite la coordination et la gestion des actions militaires et sécuritaires par la mutualisation des moyens avec comme état final recherché la conduite et la poursuite efficiente des opérations conjointes.
C’est le lieu de saluer la vision et l’adhésion entière de mes homologues et frères d’armes du Burkina Faso et du Niger à cette initiative historique.

Au-delà du retour de la paix et la stabilité du pays et de ses institutions, le défi majeur pour nous reste aujourd’hui la refondation de l’État. Ce vaste et ambitieux chantier du gouvernement de la transition est une œuvre de conviction, un idéal qui doit structurer le comportement au quotidien de chaque citoyen. Sa réalisation ne sera possible que dans un environnement apaisé et sécurisé. Elle renvoie fondamentalement aux missions de forces de défense et de sécurité. Toutes choses qui justifient largement la priorité accordée à la composante défense et sécurité dans les Plan d’action gouvernemental.

Officiers
Sous-officiers,
Militaires du rang,
Mes chers compatriotes

Les succès tactiques opérationnelles réalisés par les forces de défense et de sécurité sur le théâtre des opérations ont permis à notre pays de commencer à rétablir la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire. En somme, le contexte spécifique de notre pays exige la poursuite de l’opération Maliko en coordination avec les autres initiatives de stabilisation dans le centre et dans le Nord pour l’atteindre des objectifs fixés dans le cadre d’une approche globale de la crise multidimensionnelle que nous traversons.
Cette posture nécessite dans la détermination et dans le professionnalisme le redéploiement effectif de forces de défense et de sécurité sur le territoire national.

Je voudrais à cet égard saluer la promptitude de la hiérarchie militaire et le courage des hommes engagés qui à travers les différentes opérations initiées dans le cadre de Maliko ont obtenu des résultats incontestables. Il s’agit entre autres de l’opération Keletigui orientée vers la recherche et la destruction des sanctuaires terroristes ; de l’opération Tilé-Kura pour la sécurisation du processus électoral et récemment de l’opération Dugukoloko pour la finalisation du redéploiement des forces de défense et de sécurité sur l’ensemble du territoire national.

Il s’agira donc de consolider les acquis dans la perspective du développement et du maintien des capacités opérationnelles autonomes avec la mutualisation des moyens de l’ensemble des forces de défense et de sécurité pour faire face aux menaces intérieures et transfrontalières.

Je ne saurais terminer sans vous adresser mes félicitations et encouragement pour les victoires présentes et futures. C’est sur cette note d’espoir que je vous souhaite à toutes et à tous une très bonne fête de l’armée dans un Mali uni, prospère et pacifié.
Vive les forces de défense et de sécurité au service de la nation.
Ensemble nous ferons le Mali Kura
Qu’Allah bénisse le Mali et protège les Maliens.
Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *